La vidéo sur Paul Biya, beaucoup de bruit pour rien

Cette semaine, une vidéo concernant le chef d’État camerounais Paul Biya a créé ce que les internautes appellent un buzz sur Internet. Ainsi, les commentaires allaient bon train sur une prétendue confession lors du 3e Sommet Afrique-Europe à Tripoli (Libye) du président Biya à ses homologues, les présidents sénégalais Abdoulaye Wade et équato-guinéen Téodoro Obiang Nguema à propos de l’enquête ouverte à Paris sur des présumés biens mal acquis. Le parquet de Paris a en effet ouvert le 25 novembre dernier une enquête préliminaire contre Paul Biya pour « recel de détournement de fonds publics », suite au dépôt d’une plainte par une association de ressortissants camerounais présente en France.

L’affaire a tellement fait grand bruit, qu’on avait tous envie d’aller voir ladite vidéo qui a fait le tour d’internet. Mais une fois visionnée, on se rend très vite compte qu’elle n’a rien d’exceptionnel; elle ne contient aucune information croustillante et compromettante pour le président Biya, comme l’avait laissé entendre les internautes qui ont fait circuler la vidéo. Et à aucun moment, le chef d’État camerounais n’apparaît comme quelqu’un qui a été pris au piège ou qui s’est compromis devant les cameras de la presse internationale.
En effet, en revenant sur les paroles prononcées par Paul Biya dans la vidéo : « Mais, franchement, nous avons des oppositions. Ils inventent des choses, ils traduisent les chefs d’États africains devant des tribunaux étrangers. Ils ne peuvent pas établir que j’ai une fortune ou je ne sais pas moi. Mais ce qui est assez anormal, c’est la complaisance des médias (…) », on comprend très vite qu’une fois de plus, on a fait tout ce vacarme pour rien comme c’est souvent le cas avec les fameux buzz d’internet parce que ce qu’on aperçoit surtout, c’est un président Paul Biya qui s’adresse à d’autres homologues en attendant l’hôte du sommet lors d’une conférence de presse. Il se plaint des médias et de leur complaisance dans des affaires comme celle qui le concerne.

Et comme beaucoup le savent, lors de ce type de rencontre -les fameuses cinq minutes accordées à la presse où les présidents s’adonnent aux salutations et échanges de circonstances sous les yeux des cameras et des photographes-, très souvent ils s’échangent des banalités. Donc, si le président Biya parle de cette affaire à ce moment précis, c’est bien la preuve pour lui qu’il s’agit là d’une affaire tout à fait banale, sans importance, un sujet d’actualité comme les autres. Et cela d’autant plus qu’il l’évoque au vu et au su de tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

douze + 13 =