La Diaspora et les intérêts particuliers

Il existe souvent au sein de la diaspora africaine certains membres qui sous prétexte de vouloir défendre les intérêts de leurs compatriotes restés au pays et qui subissent selon eux les effets des régimes dictatoriaux, se font passer pour de grands patriotes qui souhaitent que les choses changent dans leur pays. Mais, lorsqu’on regarde de plus près, on se rend très vite compte qu’ils sont surtout animés par des ambitions personnelles et que seuls les intérêts particuliers priment. Vincent Fouda, un Camerounais installé pendant un temps au Canada, en est un parfait exemple.
Lire la suite

La diaspora et ses révolutionnaires

En règle générale, les immigrants africains qui décident d’aller refaire leur vie à l’étranger, le font essentiellement pour des raisons personnelles comme les études et le travail. Certains fuient leurs pays en proie à la guerre et aux catastrophes naturelles et ne sont que des simples réfugiés. Rares sont ceux qui le font pour des raisons purement politiques. En effet, cette diaspora compte très peu de véritables exilés politiques. Cependant, ces Africains une fois installés dans leur nouveau pays, se découvrent une vocation de révolutionnaire. Soudainement, ils s’aperçoivent que tout va mal dans leur pays d’origine et que l’incompétence des dirigeants en serait responsable. Mais fort heureusement pour leurs compatriotes, ils ont cette compétence dont manquent ces dirigeants pour bien diriger le pays et cela malgré le fait que la plupart d’entre eux n’ont aucun programme politique, hormis le slogan « ceux qui sont au pouvoir doivent partir ». Il s’agit là d’une rhétorique habituelle mais l’élément nouveau ici, c’est que ces pseudo révolutionnaires profitent des récents soulèvements dans le Maghreb pour demander aux peuples en Afrique subsaharienne d’en faire autant contre leurs dirigeants. C’est ainsi le cas d’une certaine catégorie de la diaspora angolaise et camerounaise.
Lire la suite

La politique agricole de « deuxième génération » du président Paul Biya

Le Comice agropastoral national est le lieu par excellence où le Cameroun exhibe ce qu’il produit de mieux en matière agropastorale et piscicole. C’est également le moment propice pour évaluer la politique gouvernementale dans le ce domaine et de faire des projections pour l’avenir. Le dernier comice s’est tenu il y a 23 ans. Autant dire que cet événement a manqué tant aux agriculteurs qu’aux pouvoirs publics.
Lire la suite