Cameroun : « L’heure est à l’action »

« L’heure est à l’action », telle a été la phrase de clôture du discours de prestation de serment de Paul Biya devant l’Assemblée nationale ce 3 novembre à Yaoundé. Le chef de l’État camerounais a ainsi exhorté ses compatriotes à passer à l’action en transformant ses projets en réalisations, notamment au niveau de la vie politique et de la relance de la croissance économique.

Du point de vue politique, Paul Biya entend établir, malgré les progrès indéniables déjà accomplis dans le domaine de la démocratie avec les dispositions prises pour garantir la régularité et la transparence des élections, l’exercice des libertés publiques et le respect des droits humains, une « République exemplaire » en poursuivant entre autres son combat contre la corruption et l’amélioration du système électoral. Cette « République exemplaire » qu’il souhaite construire avec les Camerounais serait ainsi une « République ouverte aux critiques constructives, sans revendication du monopole de la vérité, une République de liberté, de tolérance et de civisme ».

Par ailleurs, économiquement, Paul Biya s’est fixé comme principal objectif pour ce septennat qui commence, d’accélérer plus que jamais la relance de la croissance, dans le domaine de l’agriculture, de l’énergie et des infrastructures en particulier. Ainsi, Paul Biya a appelé les Camerounais à faire la « révolution agricole » en stimulant les productions afin d’assurer non seulement la sécurité alimentaire à tous mais aussi l’accroissement des exportations et la réduction des importations du pays. Une « révolution agricole » qui pourrait commercer par la réalisation au Cameroun et dans le cadre de la CEMAC, d,un grand programme de production d’engrais à la mesure des besoins de l’agriculture camerounaise.

Du point de vue de l’énergie, le président camerounais a promis de mettre fin au « cauchemar des pénuries d’électricité » avec des projets déjà en route comme les barrages de Lom Pangar, Memve,ele, Mekin et les centrales qui leur sont associées et qui seront à leur tour des réalités concrètes dans quelques années. Enfin, il ne pourrait y avoir de progrès au niveau de l’agriculture et de l’énergie sans un réseau d’infrastructures adapté, a également souligné le chef d’État avant d’ajouter que « ce réseau a été amélioré de façon visible dans la période la plus récente ». De nouveaux projets de routes, d’installations portuaires, de lignes de chemin de fer, de télécommunications et de liaison par fibre optique sont ainsi en cours de réalisation ou sur le point de l’être, a-t-il souligné.

Paul Biya, en invitant ainsi ses compatriotes à passer à l’action, a pour ultime objectif de faire du Cameroun « un pays qui crée des richesses ». Des richesses qu’il souhaite ensuite redistribuer de façon équitable aux Camerounais, ce qui améliorerait considérablement leur condition de vie, notamment dans le domaine de l’emploi, de la santé, de l’électricité, de l’eau potable, des logements sociaux, etc. Le Cameroun doit devenir, selon lui, « un pays où il fera bon vivre pour tous … un pays du bonheur de tous et de chacun ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 − 9 =