Refonte des listes électorales au Cameroun : Paul Biya tient ses promesses

Élections Cameroun (Elecam) engagée dans une opération de révision des listes électorales depuis le début de l’année, a décidé de procéder à une refonte des listes électorales le 7 février dernier. N’en déplaise à certains qui voient là une preuve de la mainmise française sur la vie politique camerounaise : « la France qui a instruit au vieux président camerounais de 79 ans, de corriger les défaillances électorales observées lors de la présidentielle ». Des gens qui, paradoxalement, reconnaissent pourtant que l’opposition camerounaise a joué un rôle dans cette décision. Une opposition qui avait au moment de la présidentielle d’octobre 2011 émis des critiques concernant certaines défaillances sur les listes électorales. Ce à quoi le président de la République, Paul Biya, s’était solennellement engagé à remédier dans son discours à la Nation le 31 décembre dernier. « Je saisis cette occasion pour réaffirmer que les dysfonctionnements qui ont été constatés et qui, de toute façon, n’étaient pas de nature à remettre en cause les résultats de la consultation, seront corrigés avant les prochaines échéances électorales », avait-il affirmé parlant des élections présidentielles qui l’ont donné vainqueur avec 77,9% de voix.

On le voit : le Président Biya n’a donc cédé à la pression de qui que ce soit, encore moins à celle de la France, comme semblent le penser certains : « La décision d’une refonte est-elle une victoire de l’opposition ? Impossible de le penser. Le vieux dictateur de Yaoundé n’étant plus sensible qu’aux préoccupations de la France ». Il s’agit d’une résolution prise depuis longtemps qui montre au contraire que Paul Biya tient ses promesses, que c’est un homme de parole. Il fallait agir d’autant plus vite que les élections législatives et municipales doivent avoir lieu au mois d’août prochain si le calendrier électoral est respecté car le mandat actuel des députés et des conseillers municipaux arrive à échéance en juillet.

Les gens racontent donc n’importe quoi, en particulier ces journalistes d’un genre nouveau qui pullulent sur Internet. Des apprentis journalistes qui à partir de déductions rapide et faciles spéculent sur tout et n’importe quoi, notamment dès qu’il est question de Paul Biya. Ils profitent du succès des blogs et autres médias sociaux, pour répandre sur la toile à travers des prétendus articles, des affirmations sans fondement. Ainsi, la visite de l’ambassadeur de France au Cameroun au palais présidentiel le 30 janvier dernier, a servi de prétexte à ces gens pour affirmer : « Au sortir de l’audience, le diplomate français indiquait qu’il pourrait y avoir « des réglages qui pourraient éventuellement être apportés à la législation électorale au Cameroun, en vue d’une meilleure organisation des prochaines consultations électorales »au Cameroun ». De toute évidence, le diplomate français ne faisait que reprendre les assurances que le Président Biya avait déjà données au Peuple camerounais. Il n’y a donc rien de nouveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × un =