Cameroun : des détracteurs en perpétuelle campagne électorale

En période de campagne électorale, on comprend que tous les coups soient permis. On le voit ailleurs dans des pays comme les États-Unis par exemple. Rien de véritablement surprenant donc. Cela fait partie des règles du jeu. Mais, une fois la campagne électorale terminée, il faut passer à autre chose, une chose que les détracteurs de Paul Biya n’ont vraisemblablement pas comprise. Avant la dernière élection présidentielle, ils n’arrêtaient pas de l’attaquer, prédisant même qu’il ne serait pas réélu, que le peuple allait le rejeter. Pourtant, les résultats ont été tout à fait autre chose.

Mais en dépit de cela, ces détracteurs refusent toujours de reconnaître « leur défaite » et restent en mode « campagne permanente ». « Monsieur Paul Biya continue allègrement de régner sur les Camerounais. Son acte politique du 09 décembre dernier concernant le réaménagement de son gouvernement prouve à souhait qu’il n’est pas là pour servir l’intérêt général mais pour perpétuer une idéologie conservatrice et sectaire dont les implications sont fatales pour la société camerounaise déjà en proie à de nombreux maux ». Voilà ce que l’on peut lire ici et là, sur Internet notamment, devenu un instrument incontournable pour ces adversaires du président Biya.

De même, lorsqu’ils affirment : « Ce gouvernement est monolithique (absence d’opposition, absence des dynamiques genre, dynamique société civile, dynamique jeune, dynamique diaspora, forces sociales profondes…) qui, dissimulant sa véritable fonction reproductrice, va perpétuer la domination de la bourgeoisie bureaucratique et administrative ayant à sa tête le roi Paul Biya qui vient juste d’être sacré », il est clair que ces gens préfèrent rester dans la critique systématique et négative à l’encontre de Paul Biya plutôt que d’être « bon joueur », surtout qu’il a été élu démocratiquement par le peuple camerounais. L’heure n’est-il pas venu de se rassembler pour construire le pays comme on le fait ailleurs? Mais pour ce faire, il faudrait laisser une chance « au coureur », faire des propositions et laisser de côté ce type de critiques non constructives.

Paul Biya a placé son nouveau mandat sous le signe des Grandes réalisations et il n’en est qu’au début. On ne peut donc pas affirmer que cet engagement pour les « grandes réalisations » n’est qu’une « illusion », comme on ne peut pas de manière sérieuse lui demander de démissionner alors qu’il vient d’être réélu. Que les gens l’aiment ou pas, ils doivent admettre que c’est lui le président et c’est en l’appuyant qu’il va pouvoir réaliser ce qu’il a promis et non en lui « mettant les bâtons dans les roues ».

Une réflexion au sujet de « Cameroun : des détracteurs en perpétuelle campagne électorale »

  1. Ce qui est vrai c’est que qu’on l’aime ou pas Le président Paul Biya sait qu’il a le soutien de son peuple et que lui en retour ne cesse de satisfaire les attentes de ce peuple, que ces détracteurs au lieu de battre leurs campagnes se mettent plutôt à parler de Biya c’est dire si ces derniers n’ont rien à faire ici bas on le dit souvent ce sont les tonneaux vides qui font le bruit et c’est le cas de ces détracteurs. Biya lui avance et fait avancer le Cameroun tant sur le plan national avec les grandes réalisations que sur le plan international avec de nombreux accords et partenariats qui ne cessent d’être signés. La seule chose à faire est de soutenir le président Paul Biya dans ses actions et sa politique qui sont d’un intérêt commun à tous les camerounais toute la politique du président ne cesse de se baser sur le développement du Cameroun et sur le bien être de tous alors si nous aimons le Cameroun allons tenir la main de Biya et en l’aidant nous nous aidons et aidons notre pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 4 =