« Opération Épervier » : règlement de comptes ou assainissement des mœurs publiques?

L’interpellation de l’ancien Premier ministre camerounais, Ephraïm Inoni, et de l’ex-ministre d’État, Marafa Hamidou Yaya, le 16 avril dernier dans le cadre d’une instruction concernant un détournement d’argent public, a fait la une de nombreux médias aussi bien au Cameroun qu’à l’étranger. Certains ont qualifié la mise en détention préventive pour « détournement de deniers publics en coaction et complicité » de ces deux personnalités ayant occupé de hautes fonctions au sein de l’appareil étatique camerounais, d’épuration politique visant à éliminer les potentiels concurrents de la course à la succession à la tête de l’État. Alors même qu’il s’agit là tout simplement de la suite logique de la lutte engagée par le chef de l’État Paul Biya contre la corruption et le détournement des deniers publics. Lire la suite

Cameroun : qui a dit que la liberté de la presse était inexistante?

Dans son édition du 18 avril dernier, le quotidien camerounais Le jour dans un éditorial intitulé « Du pain, pas du sang! », écrit : « Paul Biya n’est jamais allé aussi loin dans la célébration punitive de ses anciens collaborateurs. Dans l’histoire politique des États modernes, il n’y a que le stalinisme qui a fait pire dans la mise en disgrâce et la purge de ses anciens dignitaires… En décidant l’emprisonnement brutal de son ancien Premier ministre, Inoni Ephraïm, et de son ancien ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, Marafa Hamidou Yaya, le monarque de Mvomeka’a vient de sceller, dans le ciment du cynisme et du reniement de soi, la disqualification historique et définitive dont on hésitait encore à accabler le biyaïsme après 30 ans d’approximations, d’errances idéologiques, de tricheries électorales et de règne de l’indigence axiologique. » Lire la suite

Lutte contre la corruption en Afrique : l’exemple camerounais

Le quotidien italien La Stampa épingle dans son édition en ligne du 9 avril dernier, le continent africain sur le thème de la corruption. Intitulé « Voyage dans la corruption africaine », l’article écrit : « En Afrique, la corruption est plus répandue que la Malaria ». Pourquoi le quotidien va si loin pour parler de la corruption alors qu’il a un bel exemple sous les yeux avec le cas de l’Italie qui est tout aussi intéressant?

Lire la suite