Le climat des affaires au Cameroun : des améliorations continues

Le coût de l’assurance GPS payé par les importateurs qui transitent leurs marchandises du port de Douala vers Ndjamena au Tchad ou vers Bangui en République centrafricaine est réduit de moitié, vient-on d’apprendre. Il passe ainsi de 20 000 FCFA à 10 000 FCFA. Cette décision fait suite aux conclusions du forum tripartite entre le Cameroun, le Tchad et la République centrafricaine sur le passage des marchandises au port de Douala. Une baisse de 25% du tarif de la manutention, une remise de 75% sur les pénalités de stationnement et une ristourne de 50% sur la redevance des marchandises constituent les autres recommandations de ce forum qui vient de s’achever à Yaoundé. Mais surtout, cette décision s’inscrit dans le cadre de la politique économique et financière de Paul Biya pour améliorer le climat des affaires et attirer plus d’investissements dans le pays. Ce qui explique le nombre croissant de réformes gouvernementales enregistrées ces dernières années, une trentaine environ.

Parmi celles-ci, on peut citer celle de la mise en place du guichet unique pour la création des entreprises, de la création des Centres de gestion agréés et de guichets uniques de facilitation des transactions foncières et domaniales, etc. Ce travail a pu être possible grâce notamment au Cameroon Business Forum (CBF) dont le rôle est d’identifier les obstacles à l’investissement au Cameroun pour pouvoir y remédier. C’est ainsi qu’a été créé en juillet 1999 le guichet unique des opérations du Commerce Extérieur inauguré officiellement le 25 août 2000. Fruit d’une série de concertations sur la réforme portuaire engagée en 1999, il regroupe en un même lieu, c’est-à-dire dans les locaux de l’Office Nationale des chargeurs du Cameroun (CNCC), plusieurs structures dont le port autonome de Douala, la Société générale de surveillance (SGS), les services phytosanitaires, la Douane, le Trésor, les services des changes, ainsi que les établissements bancaires disposant des guichets à Douala. Son principal objectif est de réduire et simplifier les délais de passage des marchandises au port de Douala. Objectif atteint puisqu’il ressort que la durée des opérations dans chaque cellule a relativement baissé au fil des mois. De 15 jours, le traitement administratif d’un dossier de dédouanement est passé à un ou deux jours et les trois bureaux de la cellule des douanes ont également réduit le temps de traitement de ses dossiers de trois jours à moins d’une heure en l’espace de quelques mois aussi.

De même, les Centres de gestion agréés, ces associations regroupant des entreprises par secteur d’activité ont été mis en place pour faciliter le climat des affaires au Cameroun, notamment la création d’entreprises. Les adhérents qui doivent justifier d’un chiffre d’affaires annuel inférieur ou égal à 250 millions F CFA, ont droit une fois membre, à une attestation d’inscription, une assistance administrative permanente en matière de gestion, de comptabilité et de tenue de documents financiers ainsi qu’à un bénéfice d’avantages fiscaux. En termes d’assistance administrative et avantages fiscaux, ils bénéficient respectivement d’un appui permanent dans l’accomplissement des formalités administratives et d’un abattement de 25% sur le bénéfice déclaré. En somme, la souscription à un Centre de gestion agréé allège l’adhérent de certaines charges financières et administratives.

Tous ces efforts des autorités camerounaises ont fini par payer puisque le Cameroun a gagné quatre places par rapport à l’année dernière dans le rapport Doing Business 2012 sur la base de certains critères comme, entre autres, la création d’entreprise, l’octroi de permis de construire, le transfert de propriété, l’obtention de prêts, la protection des investisseurs, le commerce transfrontalier, etc. Le Cameroun qui a souvent été critiqué comme étant un terrain hostile pour le climat des affaires, a donc décidé de prendre le taureau par les cornes en remédiant à une telle situation.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq − 3 =