Le retour … raté de Nyambal !

Eugène Nyambal, ancien Conseiller Principal de l’Administrateur du Fonds monétaire international (FMI) pour l’Afrique, n’a visiblement pas encore digéré son licenciement quatre ans après. Après son éjection de l’institution de Bretton Woods, il s’est montré comme une personne aigrie assoiffée de vengeance suite à un conflit personnel. Il avait alors publié quelques diatribes contre le Président Paul Biya et son gouvernement sur internet où il criait au complot, à la trahison, au blasphème, au scandale, etc. en déclarant que son départ « avait été orchestré par un groupe d’individus agissant contre les intérêts du Cameroun ». Une attitude qui a laissé plus d’un dubitatif quant à sa crédibilité.
Lire la suite

La diaspora camerounaise : Paul Biya tient ses promesses !

Beaucoup de Camerounais vivant à l’étranger ont toujours revendiqué le droit de voter depuis leur pays d’accueil et celui d’avoir une structure gouvernementale dédiée à la gestion de leurs préoccupations à l’image des diasporas de certains pays comme le Mali et le Sénégal qui ont un ministère des Maliens ou Sénégalais de l’extérieur. Des attentes auxquelles le président Biya a répondu, n’en déplaise à certains membres qui sont des éternels insatisfaits. Il a fait de leur désir une réalité incontestable qu’une partie de la diaspora a du mal à accepter.
Lire la suite

Libération des otages français : le Cameroun reste un pays sécuritaire

Les sept otages français, trois adultes et quatre enfants, enlevés le 19 février dernier dans le nord du Cameroun, ont été libérés et remis aux autorités camerounaises par leurs ravisseurs. Accueillis par le secrétaire général de la présidence de la République du Cameroun en présence de l’ambassadeur de France dans le pays, ils sont tous sains et saufs. Le chef de famille, Tanguy Moulin Fournier, a tenu à remercier via la presse, le président Biya et les autorités camerounaises pour tous les efforts fournis en vue de cette libération. L’ambassadeur de France s’est également joint à lui pour féliciter le chef de l’État camerounais pour cet heureux dénouement.
Lire la suite

Les sénatoriales 2013 au Cameroun : l’hommage des observateurs internationaux

Moins d’une semaine après les premières élections sénatoriales du 14 avril dernier au Cameroun, les 3788 observateurs nationaux et étrangers qui ont quadrillé le pays pour l’occasion, saluent son bon déroulement, en particulier les observateurs internationaux. C’est le cas d’Edem Kodjo, chef de la mission électorale de l’Union africaine, ancien Premier ministre du Togo et ancien secrétaire général de l’OUA qui a dressé un rapport positif de ces élections. « Quand les choses sont bien faites, il faut le dire », a-t-il déclaré aux journalistes lors d’une conférence de presse à Yaoundé, avant d’ajouter que « les choses se sont déroulées dans des conditions tout à fait normales. Il y avait une grande sérénité. Il y avait une sortie d’harmonie nationale ».
Lire la suite

Franck Biya sénateur ? De l’affabulation pure et simple!

À quelques jours des premières élections sénatoriales au Cameroun prévues le 14 avril prochain, les rumeurs sur Franck Biya s’intensifient. Depuis quelques semaines, la presse en ligne ne parle que du fils du président Biya. Elle ne cesse d’affirmer que ce dernier n’exclurait pas de nommer son fils aîné au Sénat. Selon la Constitution camerounaise de 1996, le pays doit se doter d’un Sénat dont 30 de ses 100 membres sont directement nommés par le chef de l’État et les 70 autres par les élus municipaux.
Lire la suite