Le retour … raté de Nyambal !

Eugène Nyambal, ancien Conseiller Principal de l’Administrateur du Fonds monétaire international (FMI) pour l’Afrique, n’a visiblement pas encore digéré son licenciement quatre ans après. Après son éjection de l’institution de Bretton Woods, il s’est montré comme une personne aigrie assoiffée de vengeance suite à un conflit personnel. Il avait alors publié quelques diatribes contre le Président Paul Biya et son gouvernement sur internet où il criait au complot, à la trahison, au blasphème, au scandale, etc. en déclarant que son départ « avait été orchestré par un groupe d’individus agissant contre les intérêts du Cameroun ». Une attitude qui a laissé plus d’un dubitatif quant à sa crédibilité.

En effet, pourquoi se décider à parler qu’après son licenciement et non durant toutes ces années où il a été employé du FMI ? Est-ce à cause de la perte des avantages financiers et autres que confèreune telle responsabilité au cœur des institutions de Bretton Woods ? Il est alors apparu auprès de nombreuses personnes comme quelqu’un qui a bien profité du système quand il était dedans et qu’une fois éjecté, découvre subitement les failles de ce système qu’il a pourtant longtemps défendu.

De même, on pouvait clairement voir qu’il avait des ambitions politiques car ses textes ressemblaient étrangement à un programme politique d’un candidat à une élection présidentielle. Un programme avec suggestions de réformes qui soit dit en passant relevaient de la pure démagogie dans la mesure où il n’y avait véritablement rien de nouveau. Il se contentait de rappeler des évidences en dressant une liste de tout ce qui a été fait ou en train de se faire. Malheureusement pour lui, personne n’a jamais été dupe de ses manœuvres. Et il a disparu aussi vite qu’il est apparu.

Mais, il revient aujourd’hui en prétendant aller en guerre contre la politique minière du gouvernement de Paul Biya après avoir lancé une procédure judiciaire où il accuse le FMI d’être complice de corruption dans un projet minier que lui ont soumis les autorités camerounaises. Ce que réfute catégoriquement l’institution de Bretton Woods qui a déclaré à la presse : « Le FMI prend toutes ces allégations très au sérieux et, sur instruction de la direction du FMI, une équipe du personnel, avec l’appui d’experts extérieurs, a mené une enquête. Cette équipe a (…) conclu que les allégations étaient sans fondement. ». Une seconde enquête a été conduite par une équipe interne au FMI qui est arrivée aux mêmes conclusions. La question que beaucoup se posent : pourquoi Eugène Nyambal ne tourne-t-il pas la page?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze + 13 =