Les manifestations des associations camerounaises de la diaspora : une véritable mascarade

Ces derniers temps, certaines associations camerounaises ont pris l’habitude de lancer sur les sites internet dédiés à la diaspora camerounaise, des appels à perturber les voyages de Paul Biya en Europe, via des manifestations notamment. Ces diverses manifestations aussi insignifiantes, ridicules et inutiles les unes après les autres, n’ont ainsi cessé de se multiplier, même si elles ne rassemblent que très peu de gens. Il semblerait en effet que seuls les dirigeants de ces associations y assistent, comme on a pu le lire sur un site de la diaspora : « À l’occasion de la présence depuis le 6 août dernier de Monsieur Biya à l’hôtel Intercontinental de Genève, seuls six d’entre eux ont répondu présent à la manifestation de moins de 5 minutes devant ledit complexe hôtelier. Les autres se sont cachés derrière leurs claviers comme d’habitude ».
Face à ce constat d’échec, certaines associations ne manquent pas d’idées pour faire croire le contraire, en citant d’autres moyens auxquels ils ont recours. « Des Camerounais de la diaspora ayant décidé de lancer un véritable jihad contre les séjours coûteux du président Biya avec des assauts répétés, menés au standard de l’hôtel consistant à appeler quasiment tous les quarts d’heure pour demander à l’hôtel de chasser Paul Biya dudit hôtel », peut-on lire sur un autre site. Ce dernier va même jusqu’à affirmer que « le chef de l’État camerounais a choisi de se rendre à Baden Baden en Allemagne car il devait réduire ses fréquentations à l’hôtel Intercontinental de Genève qui n’est plus désormais propice à la quiétude qu’il recherche.»
Une fois de plus, ces associations veulent se donner une importance qu’elles n’ont pas, ce qui nous fait bien sourire. C’est devenu un phénomène de mode si l’on peut dire. En effet, ces associations ont fait de ce petit jeu qui consiste à inonder la toile avec les récits des non-événements isolés et présentés comme de grands exploits, leur spécialité. Surtout que pour ce dernier épisode de cette longue saga, personne ne peut confirmer leur récit. La communauté camerounaise est ainsi habituée à leurs « coups d’éclat » soi-disant spectaculaires, juste destinés à se faire de la publicité et leur donner un peu de visibilité pour satisfaire leurs ambitions personnelles.
On se souvient par exemple que le Code de Brice Nitcheu annonçait il y a quelque temps, comme à leur habitude, une grande opération commando menée de main de maître dans le même hôtel Intercontinental de Genève, où était censé se trouver le président Biya. Or, après visionnage du film qu’ils ont eux-mêmes tourné et posté sur internet, on s’est aperçu que le fameux commando ne comptait en réalité que trois individus, à savoir Nitcheu et ses deux acolytes de toujours qui s’adressaient aux réceptionnistes de l’hôtel. Quelques mois plus tard, on prend les mêmes et on recommence, avec cette fois-ci comme lieu de rassemblement, le prétendu château de Paul Biya dans un quartier chic de la capitale suisse pour dénoncer les « biens mal acquis » présidentiels. Seul hic à cette histoire digne d’un scénario hollywoodien : ce château n’appartenait pas à Paul Biya. On aurait cru que cette expérience humiliante leur aurait servi de leçon, mais c’est sans compter sur la témérité de cette association qui n’a vraisemblablement pas peur du ridicule, car peu de temps après, elle est repartie à l’assaut, en Angleterre cette fois-ci.
En bref, la question que beaucoup se posent au sein de cette communauté, c’est jusqu’à quand ces associations vont continuer à donner une image désastreuse de leurs compatriotes à l’étranger, en l’occurrence en Europe avec ces mascarades. Toutes leurs actions constituent véritablement une insulte à la dignité de cette diaspora qui en a plus qu’assez de se faire ainsi passer pour des farceurs, de mauvais comédiens en mal de publicité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

neuf + 12 =