Le Voyage du Président Biya au Vatican : le Code se ridiculise encore

Si le ridicule tuait, Brice Nitcheu et ses acolytes de l’association le CODE seraient morts depuis très longtemps. Comment peut-on faire croire aux gens qu’on a fait « une action d’éclat » avec une manifestation comptant deux personnes? Comme à son habitude, cette pseudo association de la diaspora camerounaise en Europe a annoncé, à qui voulait l’entendre, qu’elle allait par tous les moyens, perturber la visite du président camerounais, Paul Biya et de son épouse Chantal Biya, au Vatican le 18 octobre dernier. Et comme d’habitude, Nitcheu et les siens ont fait ce qu’ils savent faire le mieux : faire du bruit pour rien.

En effet, leur « Opération Tiwa » qu’ils auraient mieux fait de surnommer « Opération ridicule », n’a rassemblé que deux personnes sur la Place Saint Pierre du Vatican. « Et pour mener ce que le CODE a appelé « Opération Tiwa », Brice Nitcheu a dépêché sur place son Chef des Opérations, Emmanuel Kemta, qui a fait le déplacement depuis le Royaume-Uni, et Youssouf, dépêché par Moise Essoh, et parti en appui de Bruxelles », peut-on lire sur cameroon-info.net. « Emmanuel Kemta était là au milieu, drapé dans sa tenue traditionnelle reconnaissable à distance, crachant avec son mégaphone toutes les tares du régime Biya, En face de lui, son camarade Youssouf, qui filmait la scène ». Ainsi, leur « action d’éclat » se résume au rassemblement de deux membres de l’association qui se ridiculisent face à une marée de touristes qui les immortalisent avec leurs téléphones cellulaires et une poignée de Camerounais venus saluer la présence de leur chef d’État. Interrogés par les médias venus couvrir cette visite, ces derniers ont répondu en colère : « Ces gars sont des agitateurs », avant d’évoquer un réquisitoire sévère contre « ces gens qui ne ratent aucune occasion pour ternir l’image du Cameroun ».

En effet, des associations comme le CODE ont fait, de ce petit jeu qui consiste à se vanter d’avoir fait « une action d’éclat » avec les récits des non-événements isolés, leur spécialité. La communauté camerounaise à l’étranger est ainsi habituée à leurs « grands exploits » soi-disant spectaculaires, juste destinés à se faire de la publicité et leur donner un peu de visibilité pour satisfaire leurs ambitions personnelles.

Il y a quelques mois déjà, le Code de Brice Nitcheu annonçait comme à leur habitude, une grande opération commando menée de main de maître dans l’hôtel Intercontinental de Genève, où était censé se trouver le président Biya. Or, après visionnage du film qu’ils ont eux-mêmes tourné et posté sur internet, on s’est aperçu que le fameux commando ne comptait en réalité que trois individus, à savoir Nitcheu et ses deux acolytes de toujours qui s’adressaient aux réceptionnistes de l’hôtel. Quelques semaines plus tard, on prend les mêmes et on recommence, avec cette fois-ci comme lieu de rassemblement, le prétendu château de Paul Biya dans un quartier chic de la capitale suisse pour dénoncer les « biens mal acquis » présidentiels. Seul hic à cette histoire digne d’un scénario Nhollywood : ce château n’appartenait pas à Paul Biya.

On aurait pourtant cru que ces expériences humiliantes leur auraient servi de leçon, mais c’est sans compter sur la témérité de cette association qui n’a vraisemblablement pas peur du ridicule, car peu de temps après, elle est repartie à l’assaut en Angleterre avant d’atterrir à Rome où ils ont une fois de plus fait chou blanc : « les deux activistes du CODE ont quitté Rome tard dans la nuit avec la satisfaction d’avoir accomplie la mission ». Ternir l’image de son pays à l’étranger, est-ce ça une mission? Combien de membres actifs compte le CODE s’ils n’étaient que deux au Vatican? Au fait, où était donc Brice Nitcheu? Pourquoi se cachait-il? A-t-il honte?

En bref, la question que beaucoup se posent de plus en plus au sein de cette communauté, c’est jusqu’à quand ces associations et leurs manifestations aussi insignifiantes, ridicules et inutiles les unes après les autres, vont continuer à donner une image désastreuse des Camerounais à l’étranger, en l’occurrence en Europe avec ces mascarades ? Toutes leurs actions constituent véritablement une insulte à la dignité de cette diaspora qui en a plus qu’assez de se faire ainsi passer pour des farceurs, de mauvais comédiens en mal de publicité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 + 6 =