Cameroun : vers la fin du délestage

Le gouvernement camerounais vient de donner son accord à Aes pour la cession de l’intégralité de ses actifs dans le secteur énergétique au Cameroun au fonds d’investissement britannique Actis. Une fois de plus, le président Biya démontre à travers son gouvernement que le développement du secteur de l’électricité reste bel et bien au cœur de ses préoccupations pour en finir avec le problème de délestage. Cela d’autant plus que ce secteur est particulièrement porteur et attractif au Cameroun, notamment au vu du potentiel dont dispose le pays et d’importants investissements engagés en matière de construction de barrages et autres infrastructures dont le but est d’améliorer l’offre en énergie électrique.

Ainsi, selon un document d’Aes Sonel rendu public en 2012, le Cameroun devrait être définitivement à l’abri des délestages d’ici 2016. En effet, Aes Sonel y projette l’évolution de la demande à environ 1000 MW pour se situer à près de 1200 MW en 2016. Et dans cette projection, l’offre dépasse les 1400 MW à cette même période. Cette dernière sera donc largement supérieure à la demande, ce qui signifie que si délestage il y a, ce sera principalement le fait de pannes techniques. Mais en attendant, il est indispensable de combler l’écart existant actuellement entre l’offre et la demande. C’est pourquoi soucieux de doter son pays d’une fourniture d’énergie à la hauteur de ses besoins, Paul Biya a chargé son gouvernement d’engager des actions concrètes pour remédier à cette situation.

Pour ce faire, les autorités comptent donc sur la réalisation de plusieurs grands projets comme les barrages de barrage de Memve’ele et de Lom Pangar. Le barrage de Memve’ele, implanté sur le fleuve Ntem dans la région sud du pays, présente une puissance installée de 201 mégawatts qui va injecter 1140 GWh dans le réseau inter-connecté du sud. Il devrait apporter dès 2017 un surcroît d’énergie pour résorber le déficit actuel et alimenter certains pays voisins comme le Gabon et la Guinée équatoriale. Avec ce barrage hydro-électrique, c’est « la politique des Grandes Réalisations qui se met progressivement en mouvement » notamment avec le lancement des travaux de la centrale de Lom Pagar.

Le projet de Lom Pangar, l’un des plus emblématiques de la politique des Grandes Réalisations du président Biya, prévoit la construction d’un barrage-réservoir d’une capacité utile de stockage de 7 milliards de m3, d’une centrale hydro-électrique de l’ordre de 30 mégawatts au pied du barrage et d’une ligne de transport d’énergie haute tension d’environ 110km pour acheminer l’énergie produite à Bertoua. Localisé dans la région de l’Est, département du Lom et Djerem, ce barrage de Lom Pangar est le principal chantier énergétique du Cameroun. Sa réalisation permettra au pays non seulement de satisfaire totalement la demande intérieure d’électricité, mais aussi d’alimenter le marché sous-régional.

Par ailleurs, les autorités camerounaises mettent également l’accent sur la promotion de l’utilisation des énergies renouvelables, notamment l’exploitation de l’énergie solaire à laquelle se prête la majeure partie du territoire camerounais. « Nous économiserons ainsi nos ressources pétrolières, tout en contribuant à la lutte contre le réchauffement de la planète », a affirmé le président Biya dans un de ses discours à la nation. Ainsi, en 2012, le gouvernement a décidé de débourser 10,3 milliards de FCFA pour financer le projet d’électrification rurale par petites centrales d’énergie solaire de 150 localités du pays. Un projet qui, selon lui, présente un vrai potentiel à capitaliser afin de fournir une énergie fiable et à moindre coût aux Camerounais vivant en zone rurale, soit 60% de la population dont environ 70% vivent sans électricité. Les autorités camerounaises sous la direction de Paul Biya sont donc bien décidées à augmenter le pourcentage de la couverture nationale en électrification rurale qui varie entre 25 et 30%.

Bref, tout cela démontre clairement les efforts faits par Paul Biya et de son gouvernement afin de régler définitivement ce problème de délestage à court ou moyen terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 + 3 =