L’emploi des jeunes au Cameroun : Paul Biya met la barre encore plus haut en 2014

Lors de la 48e édition de la fête de la jeunesse camerounaise le 10 février dernier, le président Biya a commencé son discours en adressant aux jeunes, un message d’encouragement concernant l’emploi. Une façon de leur montrer qu’il comprend leurs « doutes et inquiétudes face à un avenir incertain ».
« Nous avions des raisons d’espérer et des perspectives plus favorables me paraissaient se dessiner à l’horizon national », tel est en substance le message que Paul Biya a adressé à cette jeunesse camerounaise quelque peu frustrée face à leur situation. Le chômage est un problème très sérieux dont souffrent beaucoup de Camerounais et les jeunes en particulier. En effet, nombreux sont ceux qui, malgré leurs diplômes d’enseignement supérieur, sont sans emploi. En 2010, l’Institut National de la Statistique (INS) estimait à environ 550 000 chômeurs au Cameroun. Les jeunes sont les plus touchés, notamment ceux de la tranche 20-30 ans et les femmes (65,5%) dans les grands centres urbains.

Cette situation représente une véritable menace pour la société camerounaise tout entière. C’est pourquoi, le président Biya en a fait l’une de ses principales préoccupations. Pour faire face à cette menace de plus en plus préoccupante, le chef de l’État camerounais a donc décidé de prendre le problème à bras le corps et d’en faire sa priorité en lançant un certain nombre d’initiatives qui semblent aujourd’hui porter leurs fruits. Ainsi comme il l’a souligné lors de cette fête de la jeunesse : « Pour 2013, les prévisions de création d’emplois étaient de l’ordre de 200 000. Les créations effectives ont été supérieures de 12% environ et ont atteint un chiffre proche de 225 000. Les entreprises privées des différents secteurs d’activité, à elles seules, ont créé 165 000 emplois. Pour sa part, l’Administration, à travers ses divers démembrements, en a créé 60.000 ».
Face à l’angoisse et l’inquiétude des jeunes Camerounais sur leur avenir ainsi exprimé dans ce sondage de l’INS datant de 2010, Paul Biya avait déjà commencé à agir pour les soulager, avec entre autres, le recrutement spécial de 25 000 jeunes dans la fonction publique la même année. Cela faisait partie d’un plan concret et plus vaste sur la création de plusieurs milliers d’emplois, notamment dans le secteur agricole qui a un énorme potentiel. Son plan prévoyait également d’accélérer la modernisation de ce secteur d’activité, véritable richesse du pays, de redéployer l’industrie chimique en faveur de l’agro-industrie et de procurer aux jeunes un enseignement agricole adapté aux réalités du pays pour qu’ils puissent y faire carrière. Par ailleurs, le président Biya a particulièrement insisté dans son plan sur un point qui lui parait essentiel, à savoir la mise en place des incitations à la création d’entreprises ou micro-entreprises par le secteur privé et les jeunes entrepreneurs.

Mais malgré les résultats fructueux de sa politique sur l’emploi des jeunes, le président Biya ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. « Pour l’année en cours, nous avons mis la barre plus haut. Compte tenu de l’augmentation possible du taux de croissance, nous espérons créer plus de 250.000 emplois nouveaux. Bien entendu, les jeunes ne seront pas les seuls à en profiter. On peut toutefois penser qu’ils en seront les principaux bénéficiaires. Cette vision des choses procède d’une analyse raisonnable de la situation de notre économie. Celle-ci devrait progresser dans les prochains mois au rythme d’environ 5 %. », a-t-il annoncé aux nombreux jeunes lors de cette rencontre du 10 février.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 − 5 =