Paul Biya, prix Nobel de la paix ?

Paul Biya, Prix Nobel de la paix ! L’idée circule depuis quelque temps. Certains pensent que c’est possible et ils ne se cachent pas pour le faire savoir. Et pour cause, le président camerounais aurait à plusieurs reprises démontré selon eux, son attachement et sa détermination à vouloir préserver la paix et à la sécurité aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des frontières de son pays.À regarder de plus près, l’idée ne paraît pas aussi farfelue et ridicule que l’affirment ses détracteurs. En effet, Paul Biya est constamment sollicité pour apporter sa contribution au redressement de la paix des pays en conflit comme la République Centrafricaine (RCA), tout en respectant le principe de la non-ingérence dans les affaires internes des autres pays. Ce qui lui vaut le titre de « sage de l’Afrique ». Dans le cas de la RCA par exemple, le Cameroun est très engagé dans la recherche d’une sortie de crise pour ce pays plongé dans le chaos et un engrenage de violences depuis le renversement en mars 2013 du président François Bozizé par une coalition hétéroclite, la Séléka. Ainsi, en marge du 4e Sommet Union Européenne-Afrique à Bruxelles en Belgique, le président Biya a reçu en audience la Présidente de transition de la RCA, Catherine Samba-Panza « pour s’enquérir de manière plus précise de ce qui prévaut réellement en République Centrafricaine et de la manière la plus efficace de nous aider à sortir de cette crise-là », a affirmé cette dernière.
Par ailleurs, au cours de la réunion spéciale sur la RCA organisée durant le Sommet UE-Afrique, le Président Biya est intervenu en lançant un appel à l’action : « Nous devons agir (…). L’heure est à l’action » car « au regard de la violence qui persiste sur le terrain, il y a lieu d’en conclure que nos efforts pour sauver la RCA s’avèrent insuffisants » (…). Mettre fin à la guerre en RCA est un impératif catégorique. Il en va de la stabilité de tous les pays voisins, de toute la sous-région, de la paix en Afrique ». Le président camerounais s’est en effet montré très actif ces derniers temps dans la recherche de solutions pour aider ce pays à sortir de la grave crise. Cela d’autant plus que le Cameroun, en tant que voisin, abrite de nombreux réfugiés centrafricains sur son sol.
De même, on avait pu également constater sa détermination sur cette question de la sécurité et de la paix lors de la session du conseil de sécurité des Nations Unies en février 2012 à New York, à la suite de laquelle « le Cameroun avait pris la tête de l’initiative africaine pour une stratégie intégrée de lutte contre ce fléau grandissant » qu’est le terrorisme. Et lors du Sommet sur la Sûreté et la Sécurité maritimes dans le Golfe de Guinée, en juin dernier à Yaoundé (24-25 juin 2013), où étaient réunis les chefs d’État d’Afrique centrale et de l’Ouest et qui était consacré à la lutte contre la piraterie maritime dans le golfe de Guinée. Les pays de cette région ont ainsi décidé d’unir leurs forces pour mener des actions concertées contre les pirates et les groupes terroristes comme la secte islamiste Boko Haram très active ces derniers temps.
Des pays tels que le Cameroun et le Nigeria, ont connu des attaques ciblées ou des menaces d’attaque liées aux ressources pétrolières ou à la présence d’Occidentaux sur leur territoire. Ainsi, le Cameroun a été victime de ce phénomène à deux reprises cette année, avec les enlèvements de la famille française Moulin-Fournier et du Père Georges Vandenbeusch par la secte islamiste Boko Haram. Ces otages ont tous été libérés après des mois de captivité grâce aux efforts fournis par Paul Biya, même s’il s’est montré très modeste à ce propos en affirmant que c’était le résultat d’une excellente collaboration entre le Cameroun, le Nigeria et la France. Ainsi, comme on a pu le constater, le chef de l’État camerounais est toujours resté constant dans sa manière de gérer cette situation d’insécurité qui menace directement son pays et ses voisins.
Alors chers lecteurs, pensez-vous que Paul Biya mérite le prix Nobel de la paix à l’image de Barack Obama qui s’est vu attribuer ce prix en 2009 « pour ses efforts extraordinaires en faveur du renforcement de la diplomatie et de la coopération internationales entre les peuples »?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 − 1 =