Cameroun : 2015, l’année de la relance de la croissance économique selon Paul Biya

Comme en 2013, le continent africain a été secoué en 2014 par de nombreux conflits et tensions qui compromettent son développement économique et le bien-être de ses populations. Ainsi, en Afrique de l’Ouest et centrale, la situation sécuritaire et humanitaire a continué à se dégrader, faisant peser de lourdes menaces dans toute la sous-région. Après la République centrafricaine plongée dans un engrenage de violences depuis le renversement en mars 2013 du président François Bozizé par une coalition hétéroclite, la Séléka et le nord du Mali pris dans un conflit armé opposant depuis janvier 2012, l’armée malienne aux rebelles touaregs du MNLA (Mouvement national pour la libération de l’Azawad) et au mouvement salafiste Ansar Dine, alliés à d’autres mouvements islamistes, le Cameroun a vu s’intensifier sur son territoire en 2014, lesattaques de la secte islamiste Boko Haram, organisation terroriste originaire du Nigéria voisin. Faisant ainsi de Paul Biya une fois de plus, le personnage emblématique sur la question de la sécurité en Afrique.

En effet, comme l’a souligné le président Biya dans son message à la Nation le 31 décembre dernier, un dispositif de riposte et de prévention a été mis en place. Un dispositif qui a rapidement fait ses preuves : « À chacune de ses tentatives, Boko Haram essuie désormais de lourdes pertes en vies humaines et en matériels ». Et cela grâce à l’armée camerounaise « dont la vaillance s’est illustrée lors des récents combats ». En plus de ce dispositif, une loi sur la répression du terrorisme vient également d’être adoptée à une large majorité au Parlement, non pour restreindre les libertés publiques comme l’ont prétendu certains esprits mal intentionnés, mais pour se conformer entre autres aux recommandations des organisations internationales comme les Nations Unies et l’Union Africaine, afin de se prémunir contre d’éventuels risques de nature terroriste.

Quoi qu’il en soit, « nous avons été amenés à accorder la priorité à la défense du territoire national. Car il n’y a pas de paix sans sécurité, pas de développement sans paix », a tenu à préciser Paul Biya tout en ajoutant : « Nous n’avons pas pour autant relâché nos efforts pour relancer la croissance ». Ainsi, l’évaluation du programme économique du pays montre que « les grands projets de première génération sont, soit achevés ou sur le point de l’être, soit en bonne voie ». C’est notamment le cas de la centrale à gaz et du port de Kribi, des barrages et des centrales hydro-électriques, ainsi que de certains chantiers routiers et d’infrastructures.

Ces projets ont entraîné un regain d’activité dans différents secteurs de l’économie camerounaise amenant la création de 283 443 nouveaux emplois en 2014 alors que les prévisions étaient de 250 000; et 2015 devrait voir le lancement des projets de seconde génération dans les secteurs de l’énergie, de l’eau, des routes et autoroutes, des transports, etc. Cela d’autant plus que l’on remarque d’ores et déjà des avancées significatives dans les secteurs comme celui de la santé avec entre autres, la gratuité du traitement du paludisme pour les enfants de moins de cinq ans, la construction de trois nouveaux hôpitaux de référence que sont le centre national des urgences de Yaoundé, l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Douala et l’hôpital de référence de Sangmélima.

Enfin, pour donner un coup d’accélérateur à la croissance économique, le président Biya a également demandé au gouvernement de mettre en œuvre un « plan d’urgence » afin de « réaliser en trois ans, des progrès visibles et des améliorations mesurables dans des domaines vitaux » comme l’urbanisme, la santé, l’agriculture, les routes, l’énergie, l’eau, l’habitat social et la sécurité. « Cette initiative est distincte de notre stratégie pour la croissance et l’emploi qui continuera d’être appliquée par le gouvernement », a conclu le chef de l’État camerounais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 + 9 =