France-Cameroun : Fini le temps des colonies !

Selon le site de Radio France International, l’hebdomadaire satirique français Le Canard Enchaîné a publié ce 22 avril, un article où il révèle une polémique concernant un rapport parlementaire sur la politique africaine de la France. On apprend ainsi que certains députés ont qualifié ce rapport de scandaleux, car « donne des leçons de démocratie aux chefs d’Etats africains  », notamment les «partenaires historiques » que le journaliste qualifie dans l’article de « dictateurs installés… à commencer Paul Biya, le président camerounais ». Ce dernier fait, selon lui, « face à des explosions régulières mais tient, malgré tout, et se reproduit ». Et les deux rapporteurs d’enfoncer le clou en parlant « d’un régime illégitime, qui est né de la répression et a toujours maintenu un fort appareil de renseignements, de forces spéciales, notamment la garde présidentielle ». Lire la suite

Élucubrations autour d’un prétendu isolement de Paul Biya sur la scène internationale

« De Sarkozy à Hollande, en passant par Blair, Cameron, Bush, Clinton et Obama, très peu de « grands » du monde entier rendent visite à Paul Biya […] Pour eux, le pouvoir de Yaoundé n’est pas un modèle de démocratie, et ne mérite pas une visite officielle.», peut-on lire sur un de nombreux sites consacrés à la diaspora camerounaise. Une fois de plus, l’on a à faire à un de ces nouveaux pseudos médias en ligne que beaucoup de Camerounais de l’étranger connaissent bien. Des pseudos médias tenus par des gens qui s’improvisent ou s’autoproclament journalistes en pratiquant un de leurs exercices favoris qui consiste à critiquer le président camerounais. Lire la suite

Cameroun : tapage superflu autour de l’arrestation d’un pseudo opposant de la diaspora

Cette fois-ci, l’on peut affirmer sans aucun doute que la folie de Brice Nitcheu et de ses acolytes du CODE, une pseudo association de la diaspora camerounaise en Europe, a atteint un niveau supérieur de presque non-retour. En effet, au cours du dernier weekend, ils ont pris une fois de plus en otage les internautes camerounais de la diaspora pour faire ce qu’ils savent faire le mieux : faire du bruit pour rien. Et une fois de plus, ils se sont ridiculisés en accusant dans un communiqué largement diffusé sur le web, le président Biya et son gouvernement d’avoir kidnappé un des leurs. Lire la suite