Cameroun : élucubrations autour du séjour de Paul Biya en Allemagne

Le Chef d’État camerounais Paul Biya était récemment en visite privée en Allemagne avec une délégation officielle. Un voyage qui a fait les choux gras de la presse camerounaise, notamment celle destinée à la diaspora. Chacun y allant de ses spéculations sur les raisons de ce déplacement. Ainsi, pour un certain nombre de ces médias, « après plusieurs jours et heures en terre Allemande, si rien n’a pu réellement filtrer du travail effectué par le Chef de l’État », il est évident que Paul Biya est à la recherche d’alliés pour l’aider à régler « la crise « muette » que traverse actuellement le Cameroun »

« Le secret des audiences et les aspirations futures du Nnom Nguii (Paul Biya) confinées dans le secret « professionnel » de son dernier carré de fidèles, permettent de comprendre que l’heure est grave. Le Cameroun presqu’au bout du gouffre financièrement devrait dans les prochains jours trouver la solution miracle pour éviter l’hécatombe. », peut-on ainsi lire dans un des articles consacrés à ce voyage. Une fois de plus, l’on a à faire à des pseudo médias qui distillent des informations complètement délirantes basées non sur des faits ou témoignages mais sur des spéculations et élucubrations. Cela d’autant plus que le communiqué officiel publié sur le site internet de la République du Cameroun parle d’un « séjour privé en Europe » sans préciser le pays. Donc, encore une fois, beaucoup de bruit pour rien de la part de ces pseudo journalistes qui ne font que brasser du vent. Par ailleurs, de quelle « crise muette » parle-t-on?

Le Cameroun a vu s’intensifier sur son territoire ces derniers mois, les attaques de la secte islamiste Boko Haram, organisation terroriste originaire du Nigéria voisin. Faisant de Paul Biya, le personnage emblématique sur la question de la sécurité en Afrique, secouée par de nombreux conflits et tensions qui compromettent son développement économique et le bien-être de ses populations. Ainsi, comme l’a souligné le président Biya dans son message à la Nation le 31 décembre 2014, « Nous avons été amenés à accorder la priorité à la défense du territoire national. Car il n’y a pas de paix sans sécurité, pas de développement sans paix […] Nous n’avons pas pour autant relâché nos efforts pour relancer la croissance ». Et pour cause!

L’évaluation du programme économique du Cameroun montre que « les grands projets de première génération sont, soit achevés ou sur le point de l’être, soit en bonne voie ». C’est notamment le cas de la centrale à gaz et du port de Kribi, des barrages et des centrales hydro-électriques, ainsi que de certains chantiers routiers et d’infrastructures. Ces projets ont entraîné un regain d’activité dans différents secteurs de l’économie camerounaise amenant la création de 283 443 nouveaux emplois en 2014 alors que les prévisions étaient de 250 000. Et 2015 devrait voir le lancement des projets de seconde génération dans les secteurs de l’énergie, de l’eau, des routes et autoroutes, des transports, etc. Par ailleurs, l’on remarque également des avancées significatives dans les secteurs comme celui de la santé avec entre autres, la construction de trois nouveaux hôpitaux de référence que sont le centre national des urgences de Yaoundé, l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Douala et l’hôpital de référence de Sangmélima.

Enfin, pour donner un coup d’accélérateur à la croissance économique, le président Biya a également demandé au gouvernement de mettre en œuvre un « plan d’urgence » afin de « réaliser en trois ans, des progrès visibles et des améliorations mesurables dans des domaines vitaux » comme l’urbanisme, la santé, l’agriculture, les routes, l’énergie, l’eau, l’habitat social et la sécurité. « Cette initiative est distincte de notre stratégie pour la croissance et l’emploi qui continuera d’être appliquée par le gouvernement », a conclu le chef de l’État camerounais dans son discours de 31 décembre.

Alors, « le Cameroun jusqu’au bout du gouffre financièrement »? Nous ne parlons certainement pas du même pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 3 =