Succession de Paul Biya : le retour des affabulateurs!

Depuis toujours, le chef de l’État camerounais, Paul Biya, fait l’objet d’affabulations, de spéculations de toutes sortes. Il y a toujours des personnes dont les propos sont souvent relayés par la presse en ligne ou les réseaux sociaux, qui prétendent savoir ce qui se passe autour du président Biya. Ce n’est donc pas la première fois que l’on a à faire à un article comme celui publié récemment dans le journal Le Jour et intitulé pompeusement : « Cameroun : Succession : Qui a peur de l’après Biya? ». Sur la base des spéculations, l’auteur nous récite un scénario de succession concernant la présidence de Paul Biya où il n’hésite pas à verser dans le sensationnalisme, quitte à se ridiculiser. Un scénario qui n’existe pour le moment que dans son imagination et celle de ses sources.

Pour résumer, selon son imagination fertile, « Le sujet [la succession] est presque tabou. Le président brouille les cartes et son gouvernement réprime durement ceux qui osent évoquer l’alternance. » À en croire ses dires, « La question de sa succession qui aurait dû se poser avec gravité est étouffée dans une répression.[…] L’atmosphère est passablement alourdie par une psychose quasi générale entretenue par le mythe d’un pouvoir perpétuel ». On est en plein délire!

« Ainsi donc, ceux qui osent poser clairement le problème sur la table en prennent pour leur grade […] L’homme du 6 novembre suspecte et élimine politiquement tous ceux que la rumeur tient pour potentiels dauphins à son trône […] sous le regard ahuri d’une population désabusée qui n’attend plus que le signe de la providence pour se tirer de l’impasse », peut-on également lire. Bref, on est plus qu’habitué à ce type allégations, de scénarios dignes des productions hollywoodiennes. Une fois de plus, ces affirmations ne sont que de la pure spéculation, sans aucun fondement, personne n’étant dans le secret des dieux. Est-il même utile de le préciser?

Comme le soulignait dans une tribune libre publiée dans Cameroon Tribune en 2014, à propos d’une autre affaire, Jacques Fame Ndongo, ministre de l’Enseignement supérieur et Secrétaire national à la communication du Rdpc, certains individus veulent avec toutes ces campagnes de dénigrement, « médire et détruire, sans fondement » l’action de Paul Biya tourné vers l’émergence du Cameroun en 2035. Et de conclure : « Seul le peuple camerounais, souverain et maître de son Destin, choisira librement le successeur du président Paul Biya« .

En conclusion, ces détracteurs toujours à l’affût de la moindre histoire pour discréditer le président Biya qu’ils ont toujours eu dans leur collimateur, n’ont jamais réussi à susciter le moindre intérêt auprès du public camerounais.

Une réflexion au sujet de « Succession de Paul Biya : le retour des affabulateurs! »

  1. comment vous vous voulez déjà succeder quelqu’un qui travaille encore.vous ne pouvez pas parler d’apres biya parce que nul ne sait ce qui va se passer demain. Le mieux est de se concentrer sur les probleme actuel du cameroun comme l’organisation des deux can et la realisation des grands projets, Voila donc ce qui est important

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 − 6 =