Cameroun : Quand l’État remplit ses promesses

Ils étaient plusieurs à douter des travaux de réfection de l’aéroport de Douala. La fermeture complète de trois semaines a été effective et les usagers ont renoué avec un édifice revampé. Et pourtant, la décision du ministre des Transports, Alain Edgar Mebe Ngo’o, avait fait rire en son temps.
Aujourd’hui, les félicitations pleuvent de tous les côtés malgré la dissidence d’irréductibles critiques. Il s’en trouve encore quelques-uns pour nous avertir que le temps ramènera tout le monde à leurs arguments. Entre autres justificatifs, l’entretien des lieux, talon d’Achille des Camerounais, fera défaut et on se retrouvera à la case départ.

À ceux-là, on rappelle que l’aéroport international de Nsimalen-Yaoundé continue d’offrir un portrait gracieux. Humble joyau architectural en l’espèce, il se défend bien par rapport à des infrastructures de transport de sa dimension dans le monde. Et dire qu’il a pu supporter pendant trois semaines le flux de passagers destinés à Douala. Si ce n’est pas maîtriser son sujet, ça y ressemble beaucoup.

L’aéroport de Douala avait besoin de cette belle cure, quelquefois reportée. Avec un trafic oscillant entre 500 000 et 800 000 passagers par an, le vieil édifice devait absolument faire peau neuve et afficher un meilleur visage. La volonté du ministère du Transport a fait le reste avec une totale maîtrise de la supervision des opérations.

Les internautes aux anges
Sur le web, véritable unité de mesure de toutes les notoriétés, l’aéroport international de Douala (AID) est vanté et même, célébré. Il y a une fierté à voir ces images d’équipements neufs, d’espaces aérés et climatisés. Ce détail a d’autant plus son importance que c’était l’un des derniers déficits que traînait l’AID, et qui en raison de son achalandage, rendait l’atmosphère assez lourde.

Rappelons tout de même que ce lifting ne date pas seulement des dernières semaines. L’an dernier, les services publics rapportaient avec force détails, ce qui se déroulait, à l’insu du grand public. L’aéroport international de Douala a fière allure, clamait-on déjà en octobre 2015. C’en était terminé, les bouffées de chaleur à l’attente de son bagage. Les travaux de modernisation des zones livraison bagages, du contrôle police départs et arrivées, exécutés à 90% à ce moment-là, ont résolu ce déficit. Les équipements de soufflage et de climatisation déjà posés assurent un excellent confort thermique, et la livraison de l’ensemble s’est faite à la fin du mois de novembre 2015. On notera également la réparation des chaussées aéronautiques regroupant la piste d’atterrissage et la bretelle d’accès des aéronefs au terminal passagers, et des cargos au parking du fret.
Voilà des détails importants à noter et qui sont la démonstration de mettre le Cameroun à niveau. Il y a des exigences qui n’autorisent plus l’amateurisme et l’État camerounais s’est donné les moyens de mettre de l’ordre pour le grand départ vers l’Émergence prévue pour 2035.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 4 =