Conférence économique de Yaoundé: rayonnement économique accru pour le Cameroun

En 48 h, un véritable happening  d’affaires tenu à Yaoundé a permis de démultiplier l’offre d’investissements dans le pays. À l’invitation du président de la République, Paul Biya, de grosses pointures internationales ont associé leur expertise à celles d’opérateurs locaux pour de nouvelles avenues. En tout, ils étaient plus de 800 participants: ministres, représentants des institutions de développement africaines et internationales, ainsi que chefs d’entreprises, industriels, entrepreneurs, décideurs et financiers venus d’un peu partout sur la planète.

Les 17 et 18 mai derniers, il n’était pas seulement question de rappeler les énormes potentialités du Cameroun, mais aussi et surtout assurer et rassurer sur un climat des affaires en amélioration constante. Pari gagné pour les autorités camerounaises qui, en association avec des partenaires de choix, avait mis les petits plats dans les grands, avec comme résultat une déclaration solennelle qui marquera une autre étape cruciale dans l’envol vers l’émergence.

En réponse à l’appel et aux attentes du chef de l’État, peut-on y lire, il a été pris acte des recommandations formulées pendant ces deux jours pour favoriser l’investissement privé qui est au cœur de toute croissance. Il a été recommandé de renouveler l’engagement d’être davantage encore aux côtés des acteurs du secteur privé pour faciliter leurs démarches et les accompagner dans la réalisation effective de leurs projets au Cameroun.

Entre autres propositions, des mesures prioritaires ont été énumérées, soit :

La mise en place à un niveau approprié, d’un conseil léger pour le suivi du financement et de la réalisation des projets identifiés et présentés au cours de la Conférence ;

La facilitation de l’obtention des visas pour les gens d’affaires avec dématérialisation des démarches et, en attendant, l’octroi généralisé des visas au débarquement ;

La création des zones économiques spéciales;

L’encouragement des investissements privés par des facilités fiscales et administratives et une administration plus performante ;

Le renforcement des liens avec les pays voisins de la CEMAC et du Nigéria, pour accroître la taille du marché régional.

La prise d’actions dans l’intérêt des Camerounais pour et avec lesquels le décollage économique du Cameroun doit être accéléré. C’est pourquoi, précise-t-on, il importe de mettre l’homme au cœur de toute initiative économique en veillant notamment à ce que chaque projet contribue réellement à l’emploi et à l’amélioration des conditions de vie des populations.

Sur ce point précis, Paul Biya avait été assez explicite lors de son discours d’ouverture et tenait ainsi à pousser l’activité économique au-delà du simple fait de l’intérêt et des bénéfices. La dimension gagnant-gagnant devrait concerner la personne humaine au bout de la ligne.

Dans le même registre, il a été recommandé de favoriser une croissance et un développement durables respectueux de la nature et des générations à venir et d’accélérer la formation des jeunes générations aux nouvelles technologies qui sont créatrices d’emplois.

Un vaste chantier qui devra s’appuyer, enfin, sur des expertises confirmées. Voilà pourquoi il faudra accélérer la formation professionnelle des techniciens et des ingénieurs, si indispensables à l’industrialisation du pays, notamment pour les projets structurants et l’agriculture.

La dynamisation du développement du pays ne pouvait demander mieux. Et à l’allure où s’opère la restructuration nécessaire du tissu industriel, il faut croire qu’on est à la veille d’un véritable feu d’artifice. Pour reprendre l’expression d’un des participants à ce rendez-vous de Yaoundé, « le Cameroun peut et va briller de nouveau car tous les espoirs sont permis, voire assurés. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × cinq =