Cameroun : les chantiers du Championnat africain des nations féminin tournent

Après la pluie de critiques, un état des lieux permet de tordre le cou aux rumeurs. Le Cameroun sera fin prêt pour recevoir cette compétition majeure de football du 19 novembre au 3 décembre prochains. Côté infrastructures, on parle d’avancées très notables et pendant ce temps, le Comité local d’organisation multiplie les rencontres.

Pour le prochain CHAN, le Cameroun a reçu un cahier des charges précis pour l’accueil de la compétition. Il s’agissait entre autres, de disposer de stade pour la compétition et d’aires de jeu pour les entraînements des équipes qualifiées. La ville de Limbé, dans le sud-ouest du pays, a eu l’occasion d’inaugurer son stade Omnisports en recevant la rencontre Cameroun Afrique du sud. Dans l’arrondissement de Nguémé où il a été construit, il ne restait plus qu’à achever certaines voies d’accès et les parkings. De son côté, la capitale Yaoundé devait rafraîchir une fois de plus le « vieux » stade Ahmadou Ahidjo et rendre plus praticables les espaces annexes de l’édifice.

Le quotidien national Cameroon Tribune (CT), passé faire un tour des chantiers de la capitale, apporte un témoignage assez rassurant. Ainsi la pose des sièges dans tous les gradins est pratiquement achevée et la pelouse en est à sa deuxième tonte. On se souvient que la reprise des travaux dans l’antre des Lions Indomptables s’était fait dans la douleur. Un ouvrier avait en effet trouvé la mort après un éboulement de terre. Depuis, le coffrage du tunnel qui devait en surgir, est terminé.

Le 3 mai dernier, rappelle-t-on, le Premier ministre Philémon Yang avait visité les chantiers en cours à Yaoundé et plus d’un mois après ses remarques et ses recommandations, la « Cuvette de Mfandena » a une toute nouvelle allure. Interrogé sur l’état des lieux, Gérard Aimé Djakou, ingénieur et chef de projets à EGIS (Maitre d’œuvre de l’ouvrage) avait estimé à 79 jours, le délai de fin de la pose des sièges. Sur les 38 jours qui restent avant le délai annoncé, l’optimisme est de rigueur. « Nous aurons terminé avant au regard de l’évolution. Ici, on travaille de lundi à dimanche. » Il n’y a pas seulement cet engagement mais aussi la pression du ministère des Sports et de l’Éducation physique, dont les responsables qui effectuent des visites récurrentes mettent la pression sur les différentes entreprises engagées dans la réalisation du chantier.

Et ce n’est pas tout, car un détour sur les sites des stades annexes montre que la pelouse a déjà été semée et l’on attend plus qu’à la voir germer. Le squelette des tribunes est visible. Larbi Trabelsi, chef de mission EGIS sur ces annexes,  a rassuré en mai dernier : le 15 juillet, tout sera achevé.

Idem pour la communication autour de l’événement qui s’enrichira de ses principaux symboles dans les toutes prochaines semaines. Une commission a été mise sur pied et planche depuis cette semaine sur le logo, la mascotte  et l’hymne de l’événement.

Autant dire que tout va pour le mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf + vingt =