CHAN2016 : Mise à contribution des ressources locales

Alors que nous avançons à grands pas vers le coup d’envoi du prochain Championnat Africain des Nations féminin de football (CHAN), plusieurs points se précisent. Entre autres dispositifs, la Commission de communication a poursuivi son déploiement sur le terrain.

Le choix du logo et de l’hymne officiel de la compétition étant effectif, on apprend qu’une délégation de la Commission Communication du Comité Local d’Organisation du CHAN2016 conduite par son président Jean Lambert Nang a été reçue le 12 juillet 2016 au siège de la Société de Presse et d’Édition du Cameroun (Sopecam) par le Directeur général adjoint de l’entreprise Peter Sheh Mabu.

La séance de travail entre les deux parties a tourné autour du partenariat et de la collaboration pour la rédaction et l’impression éventuelles des supports de communication liés au CHAN2016. Cette  démarche vise à contribuer de manière efficace et efficiente à la communication de qualité autour de cet événement. Quand on sait, à ce sujet, que de nombreuses critiques ont été émises sur les différentes attributions de marchés, le choix du Comité local d’organisation sur ce volet précis vient démontrer à souhait l’objectivité des décisions.

Bien entendu, personne ne dispose de science infuse à quelque niveau que ce soit, mais les orientations qui mènent vers les choix définitifs ont pour objectif de mettre toutes les chances du côté des organisateurs. Le Cameroun, en la matière, est en train de reprendre sa place, celle d’une nation pionnière en matière de sport et d’accueil d’événements de grande envergure. Au centre de tout le dispositif, la communication est cruciale et ne doit souffrir d’aucune tergiversation.

En choisissant de s’appuyer sur la SOPECAM, les autorités veulent ainsi démontrer que ce fleuron de la production de supports médiatiques au Cameroun est à la hauteur du défi. Du quotidien de presse écrite Cameroon Tribune à des collections de livres, en passant par des magazines, la SOPECAM a su répondre présent. L’année dernière, à l’issue du 54e Conseil d’administration dont il est le président, le ministre Joseph LE indiquait que « l’essentiel avait été fait, ou était en train de l’être, en matière de mutations technologiques ». Désormais, la SOPECAM dispose par exemple d’une rotative d’exception, la KBA COMET, qui la place en pole parmi toutes les structures d’impression en Afrique subsaharienne francophone.

  1. LE avait également saisi l’occasion pour expliquer « qu’aussi bien pour le pays que pour la SOPECAM, cette dernière devait sur le plan éditorial, accompagner les grands rendez-vous sportifs et mettre en lumière les actions du gouvernement dans le cadre de l’exécution du plan d’urgence triennal, mais aussi du septennat des Grandes Réalisations qui vient d’entrer dans sa seconde moitié. » Cela a été reçu 5/5 par l’administration de l’entreprise.

On peut donc être rassuré sur le respect des délais prescrits par le chronogramme du Comité Local d’Organisation. La balle est désormais dans le camp de tous les créatifs qui sont à l’œuvre pour la modélisation des supports nécessaires.

Le CHAN est à nos portes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 + 4 =