Cameroun : satisfecit des Nations Unies pour les politiques initiées par Paul Biya

Les appréciations ne sont jamais de trop lorsque vient le temps de récolter les fruits d’un labeur progressif. Après diverses institutions internationales, c’est au tour du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) de venir dire au Cameroun tout le bien qu’il pense des initiatives engagées pour la croissance et l’emploi.

Administratrice dans cet appendice de l’Organisation des Nations Unies, Mme Helen Clark a été reçue par le premier ministre et chef du gouvernement, Philémon Yang. Une rencontre au cours de laquelle l’experte a décliné les raisons de sa visite. En plus de la solidarité avec le peuple camerounais dans sa lutte contre Boko Haram, Mme Clark a salué l’engagement du Cameroun dans la lutte contre le chômage des jeunes à travers tous les programmes gouvernementaux initiés à ce sujet.

Le Cameroun, a-t-elle déclaré, « a conduit d’importants programmes destinés à faire intégrer la jeunesse dans les affaires publiques et à réduire substantiellement le chômage. Ce qui est une bonne chose. Le PNUD soutient ces initiatives ainsi que les programmes relatifs à la résilience des populations aux effets du changement climatique pour un développement inclusif, dans la perspective de l’atteinte de l’émergence à l’horizon 2035, en droite ligne des objectifs de développement durable promus par cette agence spécialisée de l’ONU. »

Il faut rappeler que le PNUD, après un peu plus de quatre décennies de coopération avec le Cameroun,  a œuvré à travers divers domaines multiples et variés, en dehors de ses secteurs de prédilection que sont la lutte contre la pauvreté, la réduction significative des inégalités et l’exclusion. Ce qui rentre en ligne droite avec les éléments majeurs de la politique sociale du président Biya. En effet, le chef de l’État ne manque jamais une occasion pour marteler l’importance et l’obligation de s’atteler, jour après jour, à l’intégration de tous dans les chantiers d’épanouissement personnel pour le bien-être général de la population.

Parmi les actes forts du président de la République, comment passer à côté du décret du 15 février dernier fixant les taux des cotisations sociales et les plafonds des rémunérations applicables dans les branches des prestations familiales, d’assurances-pension de vieillesse, d’invalidité et de décès, des accidents de travail et des maladies professionnelles gérés par la Caisse nationale de prévoyance sociale du Cameroun (CNPS).

Pour pouvoir mener à bien un certain nombre de projets, Yaoundé s’est ainsi associé à des organisations internationales comme le PNUD. Dans le cas de sa collaboration avec cette dernière, et face aux différentes crises sécuritaires et humanitaires provoquées entre autres par Boko Haram, le Cameroun et le PNUD ont scellé un accord de coopération dans le cadre du Plan d’action de programme pays pour la période 2013-2017. Programme d’un montant prévisionnel de 30 490 000 $US, soit environ 18 milliards de FCFA, il a permis de compléter la réalisation de projets d’importance majeure.

Les chemins du développement ne sont pas aisés, mais en indiquant une trajectoire claire et réaliste, Paul Biya réussit là où d’autres prêchent par éparpillement et précipitation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept − dix =