Suivi des recommandations de Paul Biya : le Cameroun sur la piste de nouveaux investisseurs

Au-delà des rapports particuliers qu’il a avec certaines nations, le Cameroun n’a pas attendu pour diversifier son catalogue de partenaires économiques. Il y a plusieurs années, le président de la République, Paul Biya, avait affirmé que le Cameroun n’était la chasse gardée de personne. Quelques décennies plus tard, ils sont de toutes les origines à venir investir dans le pays. Dans la perspective d’élargir le champ d’attractivité, une délégation conduite par le ministre du Commerce a séjourné à Moscou afin  présenter les opportunités d’affaires au Cameroun.

Cette opération va en ligne droite avec les recommandations de la dernière conférence économique internationale « Investir au Cameroun, terre d’attractivités », tenue à Yaoundé. On se souvient qu’à l’ouverture de cet événement, le chef de l’État camerounais avait indiqué « qu’il s’agissait d’examiner l’économie du Cameroun dans ses composantes essentielles, de voir dans quelle mesure le secteur privé peut contribuer à son expansion, et après cet examen d’évaluer l’attractivité réelle du pays, en vue de son intégration à l’économie globale, de manière plus judicieuse et plus bénéfique. »

Dans une de ses plus récentes éditions, le quotidien Cameroon Tribune rapporte que la mission camerounaise, qui a séjourné en Confédération de Russie, du 19 au 23 octobre, est allée à la conquête des opérateurs russes pour une grande opération de séduction. C’était l’occasion de présenter les premières Journées économiques et commerciales camerounaises (JEC) en Russie.

Dans la salle des cérémonies de l’hôtel Baltschug Kempiski de Moscou, Luc Magloire Mbarga Atangana a, entre autres, fait un exposé sur la politique économique du Cameroun et ses atouts. Parmi ces derniers, le pays est une porte d’entrée sur un marché régional de plusieurs millions de consommateurs, en rapport avec son appartenance à la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) la Communauté Économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) et sa proximité avec le Nigeria, première puissance économique du continent.

En outre, des rencontres sectorielles B to B se sont déroulées lors de quatre ateliers articulés autour des thèmes variés : agriculture et industrie, forêts et bois, infrastructures, finances et autres services, écrit le quotidien national. Et selon les informations fournies par le Mincommerce, « les opérateurs russes ont montré un vif intérêt pour les projets présentés par la partie camerounaise, notamment dans les secteurs de l’agriculture et des infrastructures ».

Par ailleurs, précise Cameroon Tribune, le ministre Luc Magloire Mbarga Atangana a également été reçu en audience par Vladimir Padalko, premier vice-président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Moscou et par Bogdanov Mikhaïl, vice-ministre des Affaires étrangères et représentant spécial du président Vladimir Poutine au Moyen-Orient et en Afrique. Occasion pour ces autorités de passer en revue la coopération entre les deux pays, et d’en explorer de nouveaux champs. Entre autres innovations, on parle déjà de créer une bourse du café camerounais à Moscou.

Mais en attendant de se rendre au Cameroun, les opérateurs russes ont découvert des produits manufacturés Made in Cameroon. Parmi les « vedettes » des stands, plusieurs dérivés de cacao, de café, de miel, le fameux labélisé du poivre de Penja, ainsi que des produits de l’artisanat et de magnifiques échantillons de bois.

Impressionnés, il ne faut pas se surprendre que les hôtes de la délégation camerounaise ne s’organisent plus hâtivement que prévu pour arriver en terre camerounaise.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × 2 =