Paul Biya en route pour de nouveaux défis ?

Lors du 3e congrès extraordinaire du Rassemblement démocratique du peule camerounais (RDPC) en 2011, Paul Biya avait été porté par ce qu’on avait convenu d’appeler « la nouvelle dynamique ». Cette dernière a porté ses fruits et le parti au pouvoir a regagné en popularité auprès de la population camerounaise. Les très nombreuses adhésions qui ont suivi et la coalition avec d’autres formations politiques pour gouverner le pays démontraient à volonté l’esprit résolument inclusif du parti dit « des flammes ».

Réuni le jeudi 4 novembre 2016, le Bureau politique national du RDPC a, entre autres résolutions, décidé de proroger le mandat de son président national, Paul Biya. Chef de parti, l’actuel président de la République a toujours su donner le ton et jouer de la baguette pour animer la plus grande rigueur, la vie de son mouvement politique. Si on ne sait pas encore tout de l’agenda qui suivra, tout semble indiquer que le RDPC a encore besoin de l’homme-lion, sa force tranquille. Rappelons-nous de ses mots lorsqu’en 2011, il acceptait humblement de continuer à tenir les rennes du Rassemblement démocratique du peule camerounais.

S’inscrivant dans la continuité de ses projets, il déclarait : «  À nos grandes ambitions d’hier vont succéder de « grandes réalisations ». Ces « grandes réalisations » exigent une « nouvelle dynamique » qui va nous permettre de transformer le Cameroun dont notre parti doit être le catalyseur. Cette nouvelle dynamique se traduit pour nous, au RDPC, par l’ouverture à nos rangs des jeunes et des femmes en plus grand nombre, par la valorisation de l’esprit d’initiative et de créativité, par la reconnaissance du travail et du mérite, par un nouvel état d’esprit, plus moderne, plus engagé et plus responsable. Forts de cette nouvelle dynamique, dès demain sur le terrain, il vous faudra convaincre les électeurs du bien-fondé de notre politique, de la justesse de nos idées et de la pertinence de nos vues. En effet, est-il possible d’hésiter ? La paix ou l’aventure ? La stabilité ou l’incertitude ? L’ordre ou le chaos ? Est-il envisageable de prendre le risque de remettre en question nos acquis, nos progrès et nos projets d’avenir ? Vous avez l’enthousiasme, vous avez la volonté, vous avez l’énergie, il vous revient maintenant de convaincre. Convaincre pour gagner la prochaine élection et surtout convaincre pour la gagner largement et ainsi nous permettre d’appliquer pleinement notre politique, transformer notre pays, accéder à l’émergence et donc accroître le niveau de vie de nos populations. Il s’agit de l’avenir de notre pays et je sais pouvoir compter sur vous ! Mais au-delà de cette élection, d’autres grandes tâches nous attendent et grâce à cette « nouvelle dynamique », il faut vous préparer dès maintenant à remporter les victoires de demain, les victoires de l’avenir.

Le temps est certainement arrivé pour les militants de faire le bilan du mandat présidentiel qui s’achève et dessiner de nouvelles avenues. Mais quel que soit le côté d’où l’on se trouve, il faudra reconnaître que les promesses ont été tenues dans une très large mesure. C’est à cela que l’on mesure la force et le caractère d’un leader. Chez Paul Biya, c’est presque naturel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × quatre =