Cameroun, CAN féminine : les Lionnes seront reçues par Paul Biya

Le président de la République et son épouse, Chantal Biya, offrent une réception en l’honneur de nos valeureuses finalistes de la dernière Coupe d’Afrique des nations féminine de football, ce jeudi à Yaoundé. Un geste qui marque l’attachement du chef de l’État à la jeunesse camerounaise, porteuse de valeurs et d’espoirs.

Même si elles ont été vaincues en sol camerounais par les Nigérianes, les filles de la sélection nationale ont eu un parcours absolument remarquable. Alliant talent et opiniâtreté, Manie Ngono et ses coéquipières ont apporté une autre dimension au football camerounais. Alors que l’on boudait cette équipe de manière parfois peu élégante, tout ce que le Cameroun compte de fans de football avait pris d’assaut les gradins du stade Ahmadou Ahidjo à Yaoundé, ou était accroché devant les téléviseurs pour les regarder durant la compétition.

L’appréciation n’a jamais été feinte et les commentaires, complètement à des années lumières du sexisme habituel, démontraient le respect qu’ont su imposer des Lionnes indomptables transcendées par l’enjeu. Bien sûr que le public sportif camerounais dans son ensemble espérait une meilleure communion au bout de la compétition, mais les dieux du stade en ont voulu autrement. Si les Nigérianes, meilleures, l’ont emporté samedi dernier, les Camerounaises n’ont absolument pas à avoir honte de leur prestation. Elles ont donné tout ce qu’elles pouvaient afin d’honorer, non seulement l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations féminine en terre camerounaise, mais aussi associer le président de la République, Paul Biya, à une victoire.

Rassurer la jeunesse et les Camerounais

Après avoir manifesté toute sa fierté après la rencontre au stade Ahmadou Ahidjo, le chef de l’État a manifesté le désir de rencontrer ces fauves dans un autre environnement. La réception dans le cadre plus feutré du palais d’Étoudi permettra sans doute de passer un dernier baume sur le cœur meurtri de Gaëlle Enganamouit et compagnie, mais sera également l’occasion pour Paul Biya de rappeler que chaque compétition est importante, tout comme l’attitude de chacun de nos concitoyens qui y participe. « Au Cameroun, il n’y a pas de sport mineur, ni de sport majeur, ni de sport réservé » disait le président Biya il y a quelques années. Aujourd’hui le football, demain le hand-ball ou le basket-ball, peut-être. L’essentiel est que chaque bataille sportive serve d’exemple au peuple camerounais, engagé dans toutes les batailles au quotidien. L’abnégation doit être l’une des valeurs cardinales du sportif, de l’agriculteur, de l’enseignant ou du commerçant. Elle participe de sa capacité à affronter les défis posés par la vie sans jamais rechigner, ni abandonner.

Il y aura donc certainement un peu de tout cela dans ce que le président Biya aura à dire aux Lionnes indomptables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 + 9 =