Cameroun : la doctrine économique de Paul Biya à l’œuvre

À chacun des ses mandats, le chef de l’État camerounais a n’a jamais eu cesse de faire de l’économie et de l’emploi, un des coeurs de sa bataille politique. En multipliant les fronts d’intervention, les lignes finissent par bouger et des annonces importantes se multiplient. On se rappelle de l’appel du président de la République lors du Sommet économique de Yaoundé au mois de mai 2016. Indiquant que les services publics ne sauraient être seuls pourvoyeurs d’ouvrage et d’emploi dans le pays, Paul Biya a été très clair : « Dans un monde marqué par une interdépendance toujours accrue des économies et des sociétés, le défi est celui de la construction d’espaces authentiques de prospérité partagée a-t-il déclaré devant un parterre d’invités et de gens d’affaires.  Il s’agit de bâtir un nouveau type de relations économiques et sociopolitiques, autour de l’idée de bénéfice mutuel entre partenaires. Dans une telle relation, certains apportent leur capacité de financement et leur technologie, là où les autres peuvent offrir des opportunités uniques  à saisir, des richesses rares à transformer, dans un échange juste et équitable, a-t-il ajouté.

C’est ce nouveau type de relation que nous devons rechercher, dans les accords de partenariat économique, avec  l’Union Européenne par exemple, et aussi, éventuellement, avec d’autres partenaires… C’est pourquoi le secteur privé devra jouer un rôle essentiel dans un tel schéma. L’Afrique où, souvent, l’État tient une place prépondérante dans l’économie, va  devoir favoriser le développement de l’entreprise.  C’est ce que le Cameroun recherche. Il poursuivra ses efforts dans cette voie, pour s’assurer que les investisseurs nationaux et étrangers bénéficient du meilleur accompagnement possible. »

On a ainsi appris ce mardi que 2052 nouveaux emplois verront le jour dans plusieurs secteurs, dont ceux de l’immobilier, de l’industrie manufacturière, du  bois, de l’hôtellerie ou encore de l’habitat. Dans son édition de ce jour, le quotidien national Cameroon Tribune indique que sept sociétés ont signé jeudi dernier avec le ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (MINMIDT), la convention relative à la loi fixant les incitations à l’investissement privé dont elles bénéficient désormais.

Encadrés par l’Agence de promotion des investissements (API), les entreprises SAFVIS S.A, CHIMICAM Sarl, STB S.A EWCE AKBA Group, CAMDA S.A, SOGICAM S.A et SDM S.A. ont été fermes dans leur engagement. Et en procédant à la signature des conventions relatives à la matérialisation de ces nouveaux partenariats, peut-on lire, le ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (MINMIDT), Ernest Gbwaboubou a exhorté les investisseurs à poser des actes concrets sur le terrain.  On parle en tout d’un investissement de 94,54 milliards de FCFA.

Il est à noter, indique le quotidien que ces sociétés privées pourront profiter entre autres de la réduction de l’impôt sur les sociétés ou de l’impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux sur la base de 50% du montant des investissements. Comme autres avantages dont profiteront ces investisseurs, il y a aussi l’exonération de TVA sur l’importation des équipements et matériels industriels et d’un taux réduit de 5% du droit de douane à l’importation des équipements et matériels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze − 8 =