Les instructions de Paul Biya sur la sécurité prennent du poids

Face aux ennemis de la République, à l’intérieur comme à l’extérieur, le chef de l’État camerounais avait annoncé un accent particulier sur la sécurisation du territoire national et des citoyens. Après des forces de défense adéquatement formées et équipées, le pays vient de lancer un programme de surveillance électronique. Des caméras capteront les allées et venues dans certaines localités afin de fournir des informations de premier ordre aux enquêteurs pour débusquer la criminalité. Un contrat signé jeudi entre le DGSN et la société Huawei vise entre autres, l’installation de 1500 caméras dans les chefs-lieux de région et certains points stratégiques du pays.

Martin Mbarga Nguélé, délégué général à la Sûreté nationale (DGSN), a ainsi paraphé avec la société chinoise Huawei Technologies, un contrat commercial relatif à la mise en œuvre du projet d’extension au plan national, du système intelligent de vidéosurveillance urbaine. L’entente prévoit l’installation de 1500 caméras et relais de communication pour la couverture efficiente des chefs-lieux des régions et des zones stratégiques du pays. Prioritairement, ce sont les villes de Kribi, Kyé- Ossi, Garoua-Boulaï, Waza, Fotokol, Kousseri, et Amchidé qui ont été choisies pour démarrer l’opération. Le contrat prévoit aussi la fourniture de 2000 postes émetteurs-récepteurs portatifs, équipés de caméras tout comme la mise en place d’un système national de communication et de gestion des appels d’urgence. En termes de coordination, on prévoit la construction de neuf salles de commandement et d’information, dont deux à caractère national dans les métropoles de Yaoundé et Douala.

Selon les divers comptes rendus de la cérémonie, « ce projet visant à renforcer les capacités opérationnelles de la police et la surveillance du territoire s’inscrit dans la stratégie nationale de lutte contre la criminalité définie par le gouvernement. » Il faut par ailleurs savoir que c’est après l’accord du chef de l’État, Paul Biya, que la DGSN a engagé en 2009, des négociations avec la compagnie chinoise. Le système intelligent de vidéosurveillance choisi avait été mis en place, pour essais, dans les villes de Yaoundé, Douala, Garoua-Boulaï, Kye-Ossi, Waza et Kousseri. D’après le DGSN, Martin Mbarga Nguélé, la phase pilote a été un succès, car l’exploitation des données a permis aux forces de défense camerounaises de couvrir avec satisfaction la sécurité des lieux lors des sorties du président de la République et des visites de dignitaires étrangers. Les mêmes données ont également permis de reconstituer certains faits dans le cadre des procédures judiciaires.

Dans un cadre de masse, Huawei avait déployé durant la dernière CAN féminine disputée au Cameroun, un système de vidéosurveillance de pointe sur les lieux de la compétition et les sites d’hébergement des équipes présentes. « Les résultats satisfaisants obtenus ont conduit le chef de l’État à autoriser l’extension de ce dispositif sur l’ensemble du territoire national», a indiqué Martin Mbarga Nguélé lors de sa déclaration à l’assistance.

Cette montée en puissance des capacités de maîtrise des différents équipements technologiques place le Camerounais en plein dans le système mondial de sécurité des territoires. Est-il donc nécessaire d’indiquer que le Plan pour l’Émergence du Cameroun en 2035 n’est pas une lubie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × 1 =