Pour son émergence, le Cameroun compte aussi sur le sport

Le Cameroun s’est taillé une place au sommet du football africain et même mondial. Le président Biya, qui lui en a donné l’impulsion et les moyens nécessaires pour y arriver, tient à ce qu’il s’y maintienne. A preuve, la création de l’Académie nationale de football et la construction d’importantes infrastructures sportives.

En réalité, depuis l’accession du président Paul Biya à la magistrature suprême,      le Cameroun s’est imposé comme une puissance continentale du football. Avec son équipe nationale, il est cinq fois vainqueur de la coupe d’Afrique des Nations et compte six participations à la phase finale de la coupe du monde.

Les Lions indomptables  du Cameroun sont cette semaine en route pour la Russie où, en leur qualité de champions d’Afrique en titre, ils vont défendre, face aux plus grandes nations du monde, les couleurs du continent à la coupe des confédérations organisées par la Fédération Internationale de Football Association (FIFA).

Au niveau des clubs, le Canon de Yaoundé, l’union de Douala, le Tonnerre de Yaoundé, trônent au sommet du palmarès des clubs les plus titrés d’Afrique.

Au plan individuel, le Cameroun, faut-il le rappeler, est le pays de Samuel Eto’o, plusieurs fois vainqueur de la champions league européenne avec le FC Barcelone et l’Inter Milan, Roger Milla, meilleur joueur africain du 20e siècle, sans oublier d’autres légendes du football comme Abéga, Nkono, Bell, Mboma, etc.

Last but not the least, le Cameroun a donné au continent africain son fils, Issa Hayatou, qui a dirigé pendant plus de deux décennies, la CAF, l’instance, faîtière du football africain.

Au-delà de l’Afrique, Le Cameroun, à travers les Lions indomptables, est habitué à défendre avec brio les couleurs du continent au plan mondial.

En 1982, le Cameroun va réussir l’exploit de jouer trois matchs sans en perdre un. La bande à Abéga va même tenir tête à l’Italie, futur vainqueur de la compétition, par un score de un but partout.

En 1990, en Italie, après avoir terrassé la redoutable Argentine de Diego Maradona par 1 but à 0, le Cameroun sera la première nation africaine à accéder aux quarts de finale de la Coupe du monde de football. Grâce à cette remarquable performance camerounaise, l’Afrique va se voir offrir cinq places à la phase finale de la coupe du monde.

Plus tard, le Cameroun va remporter la médaille d’or en football aux Jeux Olympiques  de Sydney, confortant ainsi sa position de porte-étendard de l’Afrique.

A vrai dire, toutes ces performances ne sauraient être le fait du hasard. Elles sont à mettre à l’actif du président Paul Biya qui a su insuffler au mouvement sportif, en général, et au football, en particulier, une dynamique nouvelle, un tempérament de gagneur. Les sportifs camerounais sont en effet connus et reconnus pour leur combativité, leur détermination à défendre les couleurs nationales. Ce faisant, ils sont devenus un modèle pour nombre de jeunes Camerounais et Africains.

Aujourd’hui, après avoir accueilli avec la coupe d’Afrique de football féminin, le Cameroun se prépare à être l’hôte de la Can masculine en 2019. D’importantes infrastructures ont déjà été construites à Bafoussam et à Limbe, qui se sont ajoutées à celles de Yaoundé, Garoua et Douala. D’autres, plus modernes, seront construites dans la perspective de 2019 à Yaoundé  et à Douala.

Il est clair que Paul Biya, qui œuvre pour l’émergence de son pays à l’horizon 2035, mise aussi sur le football en particulier et sur le sport en général.

  1. Daniel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 − 4 =