Paul Biya invite les Camerounais de la diaspora à investir au Cameroun

C’est ainsi qu’il faut comprendre le Forum de la diaspora (Fodias 2017) ouvert ce mercredi 28 juin à Yaoundé par le Premier ministre camerounais, Philemon Yang, sous le thème « Le Cameroun et sa diaspora : agir ensemble pour le développement de la Nation ».

Il faut d’abord relever une chose : minutieusement préparé, ce forum est une initiative du gouvernement camerounais et, mieux, il est placé sous le haut patronage du Président de la République du Cameroun.

De quoi s’agit-il ? Le Fodias 2017 est une rencontre d’échanges entre les pouvoirs publics et les Camerounais vivant à l’étranger. Il a pour objectif de créer une plateforme permanente de dialogue en vue de permettre aux membres de la diaspora camerounaise de s’intégrer dans le processus de développement de leur pays.

On peut logiquement placer le Fodias dans la même trajectoire que le Forum sur l’économie numérique qui s’est tenu à Yaoundé en mai dernier. Ces deux activités s’inscrivent en effet en droite ligne de la vision du chef de l’Etat Paul Biya  de faire du Cameroun un pays émergent à l’horizon 2035.

En fait, dans le combat qu’il mène pour sortir le Cameroun du sous-développement, le Président Paul Biya ne veut laisser aucune ressource ne devrait être ni négligée, ni laissée de côté. C’est pour cela que lors d’une visite qu’il a effectuée en France le 24 juillet 2009, le chef de l’Etat a invité ses compatriotes de l’étranger, composante essentielle  de la nation camerounaise, à contribuer au développement de leur pays y apportant leur savoir-faire et leur savoir-être.

Ils sont, selon certaines sources, cinq millions de Camerounais qui vivent à l’étranger et qui y mènent des activités importantes. Nombre d’entre eux disposent d’importantes ressources qu’ils pourraient mettre à profit pour le développement de leur pays. Certains autres, qui pourtant disposent d’importants moyens, ne savent pas toujours comment faire pour investir au Cameroun.

Plateforme de dialogue, de facilitation, le Fodias devrait assurer la diffusion et la compréhension des politiques publiques en faveur de la diaspora et faire connaître les actions de celle-ci en faveur du Cameroun.

Par ailleurs, devrait faciliter l’exécution et le suivi des projets pertinents initiés ou portés par la diaspora et encourager les investissements multiformes de cette diaspora en direction du Cameroun.

Le Cameroun, cela va sans dire, compte sur sa diaspora. En voici quelques éléments de preuve : au ministère des Relations extérieures, une direction a été créée pour, notamment « du suivi de l’élaboration des politiques et stratégies en vue de la participation des Camerounais de l’étranger au développement politique, économique du pays ».

Au plan politique, on citer le vote des Camerounais de l’étranger qui leur permet désormais de manière plus active au choix des dirigeants et donc à la vie politique du pays. Par ailleurs, le chef de l’Etat accorde une oreille attentive aux doléances de ses compatriotes de la diaspora, notamment en ce qui concerne la question de la double nationalité revendiquée par certains, et pour laquelle une réflexion est en cours.

Au ministère de la Jeunesse et l’éducation civique tout comme au Fonds national de l’emploi (FNE), des actions sont menées pour faciliter l’intégration des Camerounais de la diaspora dans le processus de développement national.

Pour toutes ces raisons, on peut dire tout Camerounais, où qu’il se trouve devrait se sentir lié au destin et au développement de son pays.

J. Daniel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix − 3 =