CAN 2019, le Cameroun ne se laissera pas faire

Le Cameroun organisera la CAN 2019 sur son sol selon le nouveau format décidé par la Confédération africaine de football (CAF) et ce sera une réussite. En quelle langue faudrait-il le dire pour que Ahmad Ahmad le comprenne une fois pour toute?

Le président malgache de la Confédération africaine de football s’est encore répandu en déclarations ce week-end pour dire que le Cameroun n’est pas prêt pour accueillir la CAN. Je dois vous avouer que, comme nombre de Camerounais, j’ai été choqué par les propos tenus par le successeur d’Issa Hayatou, et je ne suis pas surpris par la levée de boucliers observée ce lundi au Cameroun à la fois par la presse camerounaise, la Fédération camerounaise de football et même, dans une certaine mesure, le gouvernement camerounais.

Je me demande, et tout homme raisonnable pourrait le faire, comment la CAF peut-elle unilatéralement changer le cahier de charges sur la base duquel elle a confié au Cameroun l’organisation de la CAN 2019 moins de deux ans avant l’échéance, et alors même que la compétition est déjà lancée. Rappelons que les éliminatoires se jouent déjà pour une phase finale conçue pour 16 équipes.

Le Cameroun, qui depuis quelques années investit d’importantes ressources pour que la fête du football africain prévue sur son sol soit une réussite, était en droit de considérer la démarche de la CAF comme inopportune et donc insister pour que la compétition se déroule conformément aux conditions suivant lesquelles l’organisation lui avait été confiée. Parce que la faute d’antijeu de l’instance faîtière du football africain est tout simplement grossière.

Le Cameroun n’a pas voulu s’engager dans un bras de fer avec Ahmad Ahmad. Après avoir pris acte de cette décision, Yaoundé s’est engagé à organiser la compétition selon le format imposé par la CAF. Certainement parce que, il s’est déjà trop engagé pour renoncer. En effet des stades sont en chantier, d’autres sont prêts. Le pays consent à fournir des efforts supplémentaires pour organiser une CAN avec 24 pays au lieu de 16, six sites au lieu de quatre; des contrats sont signés avec des pays amis, la Chine, la Turquie, le Canada, la France pour que les stades et autres infrastructures attendus sont prêts le moment venu.

Dans ces conditions, il est difficile de comprendre l’attitude du président de la CAF.  Il aurait dû faire preuve d’un peu d’humilité, de diplomatie, et accompagner le Cameroun pour qu’il relève ce défi qui devrait l’être aussi pour la CAF.

Mais, non! Deux ans avant la compétition, il a engagé lui-même une campagne de désinformation et d’intoxication pour dire que le Cameroun n’est pas prêt pour accueillir la CAN, alors même que la mission dont il a unilatéralement avancé la date de la visite au Cameroun, est attendue. Et d’autres incongruités encore…

Il a beau se défendre, mais il est difficile de croire que Ahmad Ahmad ne fomente pas un complot contre le Cameroun pour lui enlever cette CAN et la confier à un autre pays.

Ce faisant, cet homme blesse l’amour propre des Camerounais. Un peuple qui sait faire face à l’adversité. Et qui ne se laissera pas faire.

J.Daniel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × 1 =