Chantal Biya au service de la vie

La 15e édition de la campagne Vacances sans sida a été lancée la semaine dernière. Cette campagne, initiative des Synergies africaines, une ONG créée et présidée par l’épouse du chef de l’État camerounais, vise à sensibiliser les jeunes scolaires à la lutte contre le VIH/SIDA. Cette autre campagne nous a amené à nous intéresser aux œuvres sociales de la Première Dame du Cameroun. Le constat est simple :

Chantal Biya est une dame au service de la vie.

Cela fait donc 15 ans depuis que Vacances sans sida est organisée en faveur des jeunes Camerounais. Au-delà de la lutte contre le VIH/Sida, l’ONG de Mme Biya œuvre pour la fin du travail des enfants et autres sévices subis par ceux-ci, promeut par tous les moyens l’amélioration des conditions de vie des femmes rurales africaines, apporte un appui résolu à la mise en œuvre effective de la Déclaration de Genève et des plates-formes africaine et mondiale.

La cheville ouvrière de cette activité est Synergies Africaines, une ONG qui regroupe des Premières Dames d’Afrique et d’autres continents, des personnes physiques ou morales de bonne volonté et des scientifiques, ainsi que des anciennes Premières Dames d’Afrique et d’autres continents.

Dans un autre domaine, le 6 mai 2016, la Première Dame du Cameroun inaugurait le Centre Hospitalier de Recherche et d’Application en Chirurgie Endoscopique et Reproduction Humaine de Yaoundé (CHRACERPH).

Le Centre est un édifice de 5 niveaux, dont 2 niveaux d’hospitalisation de 100 lits, une unité d’accouchement de quatre salles, une unité de néonatalogie, 6 blocs opératoires, un amphithéâtre de 300 places, une salle de travaux pratiques, etc.

C’est donc une infrastructure hospitalière ultramoderne, spécialisée en matière de procréation médicalement assistée qui a commencé à faire des heureuses parmi les femmes qui n’arrivaient pas à faire d’enfant.

C’est la Fondation Chantal Biya mise, une autre ONG mise en place par l’épouse du chef de l’État camerounais, qui est à l’origine de cette importante réalisation.

En fait, le CHRACERPH intervient comme le prolongement du Centre Mère et Enfant qui dépend de la même fondation créée depuis 1994 dans le but de sensibiliser l’opinion nationale et internationale à la lutte contre la pauvreté, la maladie, la misère et les exclusions de toute nature en milieu urbain et rural.

Écoles et hôpitaux construits ou rénovés, matériels agricoles distribués dans les quatre coins du pays, l’œuvre de Chantal Biya est abondante et palpable. Chantal Biya est, tout le monde en convient, une dame au grand cœur. D’où la reconnaissance dont elle est l’objet de la reconnaissance au Cameroun et ailleurs.

J. Daniel

 

           

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 + huit =