Le président Paul Biya apporte son soutien à l’enseignement privé

Deux milliards de f CFA. C’est le montant de la subvention que le chef de l’État Paul Biya vient d’octroyer aux établissements scolaires du secteur privé pour les aider à améliorer les conditions de travail des enseignants et alléger leurs charges de fonctionnement. Un geste qui témoigne de toute l’importance que le président de la République accorde à l’éducation et une reconnaissance de la contribution de l’enseignement privé laïc et confessionnel.

La bonne nouvelle a été portée en fin de semaine dernière par le ministre des Enseignements secondaires, Ernest Ngalle Bibehe, aux secrétaires nationaux à l’éducation et aux fondateurs des établissements privés d’enseignement secondaire et normal ayant sollicité la subvention financière de l’État pour l’exercice budgétaire 2017.

Intervenant quelques semaines seulement avant la rentrée scolaire, le geste du président de la République est on ne peut plus important et mérite qu’on s’y attarde quelque peu.

D’abord, il est clair que cette décision est révélatrice de toute l’importance que le chef de l’État accorde à l’éducation des jeunes Camerounais. Il n’y a en effet qu’à voir la part du budget de l’État accordée au système d’enseignement dans son ensemble, du primaire au supérieur, en passant par la formation professionnelle.

Il y a par ailleurs lieu de relever que le président Biya avait déjà accordé il y a seulement quelques mois, une subvention d’un montant similaire comme une des solutions aux revendications des enseignants anglophones.

Il est important de le relever, au moment où, alors que le président de la République, l’État et les parents mettent tout en œuvre pour une rentrée scolaire réussie et, au-delà, une bonne année scolaire, quelques obscurantistes, mues par on ne sait quelles ambitions, brulent des établissements scolaires, usent de menaces pour empêcher les parents d’envoyer leurs enfants à l’école dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. Le bon sens aurait pourtant commandé qu’ils tirent des leçons des échecs de l’année scolaire précédente pour rectifier le tir.

Mais hélas, non! Aveuglés par leur entêtement, ils veulent poursuivre leur œuvre diabolique. Heureusement, ces gens-là ne sont en fait qu’un groupuscule qui ne saurait l’emporter sur l’immense majorité des Camerounais d’expression anglaise d’envoyer leurs enfants à l’école en vue de garantir leur avenir.

Ensuite, il faut souligner qu’en accordant cette subvention, le chef de l’État exprime sa reconnaissance à l’enseignement privé confessionnel et laïc pour son immense contribution à la scolarisation de nos enfants et à l’éducation de la jeunesse camerounaise dans son ensemble. Il est donc tout à fait logique que l’État apporte son soutien à cet ordre d’enseignement.

J.Daniel

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × un =