Il est clair que ces gens sont des terroristes

En assassinant la semaine dernière quatre soldats et deux policiers, les sécessionnistes réunis au sein du SCARCFUF ont bien montré qu’ils ne sont rien d’autres que des terroristes. Et ce d’autant plus que ces assassinats ne sont point les premiers. Quelques semaines plutôt en effet, ils s’étaient déjà rendus coupables de crimes horribles : quatre gendarmes ont en effet péri victimes de leurs actes barbares.

En fait, seuls ceux qui refusaient de voir la réalité en face pouvaient encore accorder aux auteurs de ces actes ignobles quelques circonstances atténuantes. Mais, en vérité, depuis plusieurs mois maintenant, tout porte à croire que le Cameroun doit faire face à des activités terroristes menées par des individus sans foi ni loi qui, pour assouvir leur soif de pouvoir, cassent, brûlent, tuent, tout sur leur passage, après avoir pris une partie de la population en otage.

On a essayé de les comprendre, de dire que ce sont les enfants de notre pays qui ont des problèmes. Et que, même si à la vérité, ils ne sont pas les seuls à y faire face, peut-être faudrait-il, dans un souci d’apaisement, les écouter, leur accorder un peu plus d’attention et d’égards de la part de la mère patrie.

Tel un père à ses enfants, le chef de l’État leur a tendu la main à plusieurs reprises, a satisfait aux revendications corporatistes des avocats et des enseignants anglophones, ordonné l’arrêt des poursuites engagées contre certains individus qui étaient pourtant en délicatesse avec la loi. Mais, eux sont enfermés dans leur logique. Usant de surenchère, ils veulent trainer l’État dans la boue. Et aujourd’hui, ils en sont à égorger des gendarmes, à profaner les symboles de la République.

Que peut-on en effet attendre des gens qui usent de la menace et de l’intimidation pour empêcher les enfants d’aller à l’école, qui brulent les écoles et d’autres édifices publics et privés, posent les bombes avec la claire intention de tuer de pauvres innocents, organisent des opérations villes-mortes pour affamer les populations et étrangler l’activité économique …

Il faut donc être aveugle pour ne pas voir que ces gens ne sont ni plus, ni moins que d’horribles terroristes, et devraient de ce fait être traités simplement comme tels.

On peut donc dire, avec le président Paul Biya, que tout est maintenant clair pour tout le monde : ces gens, par les actes terroristes qu’ils posent, ont déclaré la guerre au Cameroun et n’hésitent pas à recourir aux méthodes les plus illicites et odieuses pour mener cette guerre. Aux Camerounais de savoir se défendre, unis derrière leur président et leurs forces de défense et de sécurité, pour faire échouer le plan diabolique des ennemis de la Nation.

J. Daniel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 − neuf =