Recrutement de 1000 jeunes diplômés bilingues : Encore une promesse tenue du Président Paul Biya

Le ministre de la Fonction publique vient de publier la liste de 1000 jeunes diplômés bilingues de l’enseignement supérieur admis dans la fonction publique camerounaise. Avec ce recrutement, c’est une autre promesse du président Paul Biya qui est ainsi tenue.

Ces jeunes diplômés bilingues de l‘enseignement supérieur ont été retenus suite à une sélection minutieuse pour faire leur entrée dans la fonction publique camerounaise. Leurs noms ont été publiés récemment dans la presse, ce qui a fait le bonheur de milliers de familles.

Toujours attentif aux appels de ses compatriotes, et en particulier des jeunes, Paul Biya a en effet prescrit, en juin 2017, le recrutement de 1000 jeunes diplômés de l’enseignement supérieur.

Les diplômés retenus sont issus de diverses filières scientifiques et techniques. Ceci concerne 24 filières techniques et 10 filières scientifiques, parmi lesquelles les plus connues comme la plomberie, les installations sanitaires, génie civil, la géométrie, l’électronique, l’électrotechnique, la maintenance des équipements hospitaliers, la maintenance médico-sanitaire, la topographie, les métaux, la mécanique, la mécanique automobile, les physiques, les mathématiques, l’informatique, la chimie, les sciences naturelles, SVT, la technologie et bien d’autres filières relevant de la technique et des sciences naturelles et appliquées.

La mesure présidentielle visait à répondre au déficit d‘enseignants de langue anglaise observé dans certains établissements scolaires dans certaines parties du pays. En plus de mettre à la disposition des apprenants des enseignants compétents, et donc de leur préparer un meilleur avenir, cette mesure permet par ailleurs de lutter contre le chômage des jeunes diplômés en particulier.

En plus, les conditions générales de candidature ont, à cette occasion, été assouplies. En effet, les Camerounais âgés de 40 ans ont eu une chance d’entrer dans la Fonction publique, alors que l’âge légal est de 35 ans, et celui des concours usuels de 31 ans.

Un regard plus attentif sur la liste des candidats retenus permet de constater que la très grande majorité, voire la quasi-totalité de ces jeunes gens sont ont pour première langue de travail l’anglais, et pour la plupart originaire des régions du Nord-ouest et du Sud-ouest.

On se souvient alors que dans les revendications des syndicats d’enseignants anglophones, l’insuffisance des enseignants anglophones dans certaines matières figuraient parmi les doléances exprimées.

Sans forcer le trait, on peut considérer que cette mesure, en plus de résoudre des problèmes connus, va dans le sens de l’apaisement tant recherché par le président Paul Biya dans la crise qui secoue les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest.

Elle s’inscrit dans la même perspective que le la création de la Commission nationale de promotion du bilinguisme et du multiculturalisme, la création d’une section de Common Law à la Cour suprême, d’un département de Common Law dans les universités publiques, le recrutement d’auditeurs anglophones dans une section Common Law également récente ouverte à l’ENAM, la création d’une école nationale polytechnique à l’université de Bamenda, etc.

A vrai dire, les actes posés par le président Paul Biya en vue sortir de la crise qu’il serait fastidieux de tous les énumérer ici. Et, dans le toast prononcé lors du déjeuner officiel qu’il a récemment offert à l’honneur de Mme Patricia Scotland, la Secrétaire Générale du Commonwealth en visite au Cameroun, le président Paul Biya a réitéré sa volonté de ne ménager aucun effort pour rechercher des solutions susceptibles de renforcer l’unité nationale du Cameroun.

Voilà qui est dit.

J. Daniel

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *