2017 : Quelle année !

2017 aura été sur tous les plans une année exceptionnelle pour le président Paul Biya. Le chef de l’État camerounais a été sur tous les fronts, à l’interne comme à l’externe. D’abord à l’interne, le cas plus éloquent est la crise que connaissent les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest.

Le président Paul Biya est au front pour essayer de trouver une solution aux remous sociaux qui secouent ces deux régions. En effet, dès le début des revendications corporatistes des enseignants et des avocats anglophones, le chef de l’État, après avoir pris la mesure de la situation, ordonne à son gouvernement d’aller urgemment à la rencontre des syndicalistes et d’apporter des solutions à leurs revendications. Ceci a été fait. Et si tout le monde était de bonne foi, cela aurait dû suffire pour ramener la sérénité chez les enseignants et les avocats anglophones, dans la mesure où leurs revendications ont été largement satisfaites.

Le président de la République va prendre une mesure majeure, la création de la Commission pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme. La structure qu’il place sous la présidence de Peter Mafany Musonge, est appelée à jouer un rôle essentiel dans la promotion du vivre-ensemble entre Camerounais.

Hélas, il apparait clairement que le mouvement attribué au départ aux syndicalistes cache en fait un dessein inavoué : des individus qui, sous prétexte de revendications politiques, vont assassiner des gendarmes et des policiers, entre autres crimes, exposant ainsi à la face du monde leur vraie nature de terroristes.

Dès lors, Paul Biya va prendre ses responsabilités et mobiliser les forces de sécurité et de défense afin d’assurer la paix sociale, la sécurité des hommes et des biens et l’intégrité territoriale du Cameroun. Ce faisant, il a maintenu le Cameroun debout avec des institutions stables.

Au plan international, Paul Biya fait montre d’une impressionnante activité diplomatique, faisant flotter haut l’étendard du Cameroun. C’est ainsi qu’au niveau sous-régional et régional, il prend une part active au sommet de la CEMAC à Ndjamena qui consacre la libre circulation des hommes et des biens, et participe au sommet Union africaine-Union européenne à Abidjan.

Au plan international, Paul Biya participe à l’assemblée générale de l’ONU à New York, au sommet de la Cop21 et au One Planet Summit, deux importantes rencontres abritées par Paris, la capitale française et consacrées à la protection de l‘environnement.

Le chef de l’État effectue une visite officielle en Italie et au Vatican et rencontre à deux reprises le secrétaire général de l’Onu, Antonio Gutierrez, à Yaoundé puis à New York, et, vers la fin de l’année reçoit la secrétaire générale du Commonwealth, Patricia Scotland.

Une année pleine donc pour le président Paul Biya. De bon augure pour l’année nouvelle. On a envie de lui dire : « Un seul mot, continuez, Monsieur le Président ».

J. Daniel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *