Projet de route Mamfé-Akwaya : Des obstacles humains incompréhensibles

On ne le dira jamais assez. Point de développement durable sans l’existence des  infrastructures routières de bonne facture. D’abord pour faciliter la libre circulation des personnes et des biens, puis, pour améliorer les conditions de vie des populations.

C’est dans cette logique  que sous l’impulsion du chef l’Etat, Paul Biya, le gouvernement camerounais, avec le soutien financier de ses partenaires bilatéraux et multilatéraux, a entrepris de construire l’impressionnant axe routier Bamenda (région du Nord-Ouest)-Mamfé/Ekok (région du Sud-ouest). Hier véritable parcours d’obstacles, ce trajet est devenu une voie  à grande circulation dont l’impact sur la vie quotidienne  des populations n’a d’égal que la réduction significative de la pénibilité et de la durée du voyage entre les différentes localités traversées. Tout à fait spontanément, l’ouverture de l’axe routier Bamenda-Mamfé-Akwaya a donné lieu à nombre de motions de soutien et de gratitude adressées au chef de l’Etat, son Excellence Paul Biya.

Mais, à chaque fois,  ces motions de gratitude n’ont pas eu de cesse  de formuler les doléances des populations relatives à  l’ouverture et à la construction d’une route qui relierait Mamfé directement à la localité  enclavée d’Akwaya (122kilomètres). Fort heureusement, les « cris » légitimes des populations ne sont pas tombés dans les oreilles de sourds. Soucieux de la qualité de vie de ses compatriotes, le président Paul Biya a accédé à ces préoccupations vitales des populations. Il se hâte d’instruire le ministre des travaux publics de se pencher sur le dossier de la route Mamfé-Akwaya qui devrait empêcher les Camerounais de transiter par le territoire nigérian pour rallier Akwaya, un arrondissement du Département de  la Manyu, région du Sud-ouest.

Le 18 décembre 2017, le ministre des travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi, a   mis  en route quatre collaborateurs ingénieurs de génie civil.  Missions à eux assignées,  faire la reconnaissance du trajet et amorcer la phase des études en vue de la réalisation de la route Mamfé-Akwaya.

Contre toute attente, l’application  des  hautes instructions du chef de l’Etat, Paul Biya, se heurte aux obstacles humains difficiles à comprendre.  Dans une interview exclusive accordée au Poste national de la Cameroon Radio Television(CRTV) ce lundi, 15 janvier 2018, le ministre des travaux publics, Emmanuel Nganou Ndjoumessi,  a dénoncé la dérive dangereuse et invité les populations à laisser les pouvoirs publics travailler sur le projet de route Mamfé-Awaya sereinement.

Vous avez dit appel au civisme et au respect des urgences de désenclavement du département de la Manyu, chères au président Paul Biya ?

J. Daniel

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *