A l’approche de la présidentielle, pagaille dans l’opposition

L’élection présidentielle pointe à l’horizon et, en attendant la convocation du corps électoral par le chef de l’Etat, c’est déjà la pagaille dans les rangs de l’opposition.

Au sein des formations politiques, c’est déjà la grande effervescence. Des candidats à la candidature se sont déjà déclarés. Au sein du SDF, principal parti d’opposition, on ne sait pas s’il faut repartir avec le père-fondateur du parti, John Fru Ndi. Le dernier NEC tenu à Bamenda n’a pas tranché le débat. Apparemment une frange importante des hiérarques de ce parti veut pousser l’homme de Ntarikon à la porte sous prétexte qu‘il n’a plus de ressources pour poursuivre le combat. Ils lui proposeraient un strapontin de président d’honneur.

Mais, apparemment, lui n’a pas encore dit son dernier mot, et croit pouvoir avoir une chance. Il ne faut surtout pas sous-estimer la capacité de nuisance de ce vieux leader qui en a vus d’autres et qui a écarté plus d’un adversaire au sein de son parti. Ceux qui le disent éliminé de la course lui prêtent des préoccupations plutôt alimentaires. Ils disent qu’il souhaite bénéficier d‘une pension retraite pour ses derniers jours. Une manière plus ou moins élégante de marchander son départ de la tête du parti qu’il a fondé. Et même s’il venait à partir, il se poserait encore la question de son remplaçant. Le truculent Joshua Osih ? Pas si sûr.

L’autre débat porte sur la désignation d‘un candidat unique de l’opposition. Nombre de leaders de l’opposition sont bien conscients qu‘ils individuellement, ils ne pourraient avoir le dessus sur Paul Biya, l’actuel locataire du palais de l’Unité. La solution pourrait consister à présenter un candidat unique de toute l’opposition. Un véritable casse-tête chinois quand on sait que chacun de ses leaders de parti se croit investi d’un destin de président.

Quelques groupuscules essayent de se former, sans envergure.  Akere Muna a réuni une dizaine d’anonymes, parmi lesquels le maire de Yabassi, lui-même membre par opportunisme d’un autre parti dont le chef ne fait pas mystère de son ambition de se présenter à la présidentielle.

Un autre candidat, Maurice Kamto, a pratiquement été ridiculisé par John Fru Ndi. Alors qu’il sollicitait une rencontre, le leader du SDF l’a plutôt envoyé chez Jean Tsomelou, son frère de l’ouest, le SG de son parti. Une véritable gifle pour le professeur de droit. Certains y ont vu une manière pour le chairman du SDF de dire qu’il ne traite pas avec un blanc bec plutôt prétentieux. Ça promet.

J. Daniel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *