Cameroun – extradition de la bande à Ayuk : Et que la justice fasse son travail!

On ne va pas faire la fine bouche : l’arrestation au Nigeria suivie de l’extradition au Cameroun de la bande à Sisiku Julius Ayuk Tabe est un formidable coup réussi par le président Paul Biya et les autorités camerounaises.

En effet, pour tout le mal qu’ils ont fait à la Nation camerounaise, le moins que les citoyens de ce pays eussent souhaité, c’était que ces terroristes soient mis hors d’état de nuire et répondent de leurs crimes devant la justice camerounaise.

Souvenez de ces élèves contraints de ne pas aller à l’école, de ces établissements scolaires et autres édifices publics et privés brûlés ou saccagés, des opérations villes-mortes et des dégâts causés à l’économie nationale, des gendarmes et policiers sauvagement assassinés, et que sais-je encore.

Souvenez-vous du drapeau de la République brûlé et de maints autres symboles de l’État profanés… Tout cela œuvre de quelques illuminés qui ne rêvent que d’amputer le Cameroun d’une partie de son territoire, et de créer un « État » dont ils s’étaient déjà proclamés rois, avec drapeau et hymne national.

Souvenez-vous du vivre-ensemble mis à mal, de l’incitation à la haine entre francophones et anglophones, des fils et filles d’un même pays qui ne demandent pourtant qu’à vivre ensemble dans la paix.

Pendant ce temps, des individus se pavanaient à travers le monde, convaincus que rien ne pouvait leur arriver et qu’ils étaient appelés à un grand destin national.

Tout cela était extrêmement grave dans un pays considéré et admiré à travers le monde comme un havre de paix.

Il fallait neutraliser les auteurs de ces actes pour maintenir la paix sociale et l’intégrité territoriale du Cameroun. C’est le devoir que la Constitution de la République assigne au Président de la République. Et Paul Biya s’y est employé avec maestria. Chapeau bas, Monsieur le Président! Nous savions pouvoir compter sur vous, et vous ne nous avez pas déçu.

A présent qu’ils sont entre les mains de la justice, que ces terroristes soient jugés pour le mal qu’ils ont fait au Cameroun, et qu’ils soient punis conformément à nos lois. Pour que, comme depuis quelques décennies, unis derrière leur président, les Camerounais poursuivent leur marche en avant vers l’émergence, dans la paix et la concorde nationale.

J. Daniel

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *