Les Ayuk et consorts ont abusé de la naïveté des pauvres citoyens

Les soutiens des terroristes arrêtés au Nigeria et extradés au Cameroun ne savent plus à quel saint se vouer. Depuis quelques jours, ils inondent les réseaux sociaux des rumeurs les plus folles. Au début, c’est l’annonce de la « mort » de Sisiku Ayuk Tabe, le grand prêtre de l’Ambazonie, et onze de ses « ministres », on devrait, en l’occurrence, parler de disciples ou d’apôtres, mis depuis quelques jours à la disposition de la justice, qui a fait le buzz. Puis, on a rétro-pédalé pour dire qu’ils ne sont pas morts, mais qu’ils seraient simplement torturés.

Il faut dire que depuis l’arrestation de la bande à Ayuk, on a tout entendu. L’objectif étant de ternir l’image du Cameroun et de son gouvernement aux yeux de la communauté internationale. Mais ils ont lamentablement échoué.

Ils ont voulu faire croire à leur enlèvement par les services secrets camerounais, un kidnapping en quelque sorte, en plein cœur d’Abuja, la capitale du Nigeria. Mais la vérité n’a pas tardé à éclater au grand jour. C’est bel et bien la police nigériane qui a pris les sécessionnistes et les a gardés en lieu sûr. A partir de ce moment, on va tout entendre. Que le gouvernement camerounais aurait corrompu un chef de la police nigériane; que Ayuk et consorts auraient été arrêtés en vue de négocier avec le gouvernement camerounais. D’ailleurs, certains croyaient voir des membres du gouvernement camerounais dans la capitale nigériane, et ne manquaient bien sûr pas de faire un lien avec celle, supposée ou réelle, d’une vice-secrétaire générale de l’ONU.

D’autres allaient plus loin et faisaient des révélations sur le contenu même des « négociations ». Et ils nous apprenaient que la délégation gouvernementale, évidemment mal préparée, était tout simplement laminés devant la pertinence des arguments tenus par Ayuk et ses comparses. Et, comme de bien entendu, Ayuk tenait ferme, refusant de céder aux pressions gouvernementales…

Tout cela, on l’a lu sur les réseaux sociaux et sur diverses plateformes tenues par des activistes. Certains individus sont devenus des vedettes, à un point tel que leurs apparitions étaient devenues de véritables shows médiatiques attendus par des fanatiques assoiffés de sang. Vraiment tout et n’importe quoi. Et dire qu’il existe des naïfs pour croire à toutes ces histoires. Ces gens-là ont abusé de la naïveté de nombreuses jeunes gens et des pauvres citoyens pour les entrainer malgré eux dans une aventure foireuse. Peut-être qu’un jour, ils auront, eux aussi, à répondre devant les tribunaux de leurs actes.

J. Daniel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *