Gouvernement : l’heure est à l’action!

En réunissant le premier conseil ministériel le 15 mars dernier, deux semaines après le réaménagement du gouvernement auquel il a procédé, le président Paul Biya s’est fait le devoir de demander à ses ministres de se mettre au travail avec ardeur, afin de relever les défis auxquels le Cameroun est confronté. Un appel à l’action donc.

Que le chef de l’État s’adresse en ces termes aux membres du gouvernement, parmi lesquels un certain nombre qui n’y sont que depuis deux semaines peut paraître comme une évidence. Mais, à vrai dire, au-delà du nécessaire contact direct entre le chef de l’exécutif et les chefs de département ministériel, cette rencontre est importante à plus d’un titre.

D’abord parce qu’un ministre, selon l’étymologie de ce terme, est un serviteur. Contrairement à une acception très répandue, la promotion à ces hautes fonctions, tout en étant une grande marque de confiance de la part du détenteur des décrets, n’est pas un simple cadeau. Ce n’est pas un poste de jouissance, même si quelques avantages y sont attachés. Il pourrait même s’agir, pour ceux qui prennent cette fonction pour ce qu’elle est, d’un poste de souffrance.

S’il veut réussir, il doit se le mettre dans la tête.

C’est aussi pour cela que le chef de l’État, qui définit la politique de la Nation et nomme les ministres, se fait le devoir de le leur rappeler. Mieux, Paul Biya donne des directives et dit clairement aux ministres ce qu’il attend d’eux. Une relecture de sa communication au conseil des ministres du 15 mars dernier, permet en effet de voir sur quoi portent ses priorités.

  • Les ministres doivent travailler pour relever les défis auxquels le Cameroun fait face. La Nation n’en attend pas moins d’eux;
  • L’amélioration des conditions de vie de nos populations et la lutte contre le chômage doivent demeurer au cœur des priorités du Gouvernement;
  • Il faut poursuivre la mise œuvre du programme conclu avec le FMI;
  • Il faut finaliser la mise en œuvre des grands projets structurants, du Plan d’Urgence pour l’accélération de la croissance et du Plan Spécial JEUNES;
  • Les services de proximité à la population : eau, électricité, santé, infrastructures routières, doivent continuer à bénéficier de l’attention particulière du Gouvernement;
  • La nécessité d’une utilisation rationnelle des ressources publiques, la réduction du train de vie de l’Etat et la lutte contre la corruption;
  • Relever le pari de la performance; la recherche de l’intérêt général et de l’efficacité, la solidarité, l’esprit d’équipe, le respect de la hiérarchie, devront en tout temps et en toute circonstance, être les boussoles qui guident l’action du gouvernement;
  • Poursuivre les efforts en vue d’un retour à la normale des activités économiques et sociales dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest;
  • Apporter une réponse rapide aux demandes récurrentes des populations d’être associées plus étroitement à la gestion des problèmes qui influencent directement leur quotidien.
  • Prendre des dispositions nécessaires pour que les élections prévues cette année se tiennent dans les conditions optimales de sérénité et de sécurité.
  • Intensifier les efforts, pour que le Cameroun puisse célébrer, le moment venu, avec l’Afrique et le monde, la CAN 2019 comme une grande et belle fête du football.

La feuille de route du gouvernement est donc connue; le chef de l’Etat l’a bien déclinée.  Paul Biya attend de ses ministres qu’ils se mettent au travail. Avec un engagement plein et entier, en utilisant les ressources humaines mises à leur disposition.

Et comme qui dirait, « l’heure est à l’action »!

 

Jean Daniel Angouang

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *