Sécessionnistes, terroristes mais aussi gangsters

Ce qui se passe ces derniers temps dans le cadre de crise anglophone relève tout simplement du banditisme, du gangstérisme, en plus d’être du terrorisme.

Tenez! Le 17 mars dernier, le Pr Ivo Leke Tambo, président du conseil d’administration du GCE Board, a été kidnappé en même temps qu’une trentaine d’étudiants de l’université de Dschang qui circulaient à bord d’un bus. Tous se rendaient, semble-t-il à une manifestation organisée par M. Paul Tasong, nommé ministre délégué au ministère de l’Économie, de la planification et de l’aménagement du territoire lors du réaménagement ministériel du 2 mars dernier.

Le Pr Leke Tambo a été déshabillé et contraint de s’asseoir à même le sol dans la brousse.

Les photos et les vidéos de ces actes ignobles ont fait le tour du monde. Leurs auteurs, apparemment un groupe armé affilié au mouvement sécessionniste qui, sous prétexte de revendications politiques, sèment la terreur, la mort et la désolation dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest depuis plusieurs mois.

Il faut dire que le kidnapping semble être la nouvelle option des terroristes. Ayant constaté que le blocus de l’école, les opérations villes-mortes, les assassinats de gendarmes, militaires et policiers, les conduisaient vers une impasse, ces individus ont décidé de kidnapper des personnes. C’est ainsi qu’ils ont enlevé le sous-préfet de Batibo le 11 février dernier. Et quelques jours plus tard, c’était autour du délégué régional des affaires sociales du Nord-ouest, qui se rendaient à des obsèques dans son village d’être enlevés. A ce jour, on reste sans nouvelles de ces deux personnes.

Le dernier épisode de ce feuilleton macabre des terroristes a quelque chose de plus dramatique encore. Il frappe en effet par son caractère massif et spectaculaire. Mais, Selon certaines informations, ces individus réclameraient une rançon de 100 millions de F CFA pour libérer leurs otages. Et là, ce n’est plus seulement si on puisse dire le terrorisme; c’est le grand banditisme, le gangstérisme.  Les soi-disant sécessionnistes auraient voulu dévoyer leur aventure – si tant qu’elle ait jamais eu un sens, qu’ils ne s’y seraient pas pris autrement.

Le combat des sécessionnistes est un combat qui manque de légitimité. Ce sont des individus qui ont pris en otage les populations du Nord-ouest et du Sud-ouest, porté les armes contre la patrie; ils ne sont rien d’autres que des terroristes et des bandits, et doivent être traités comme tels.

J. Daniel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *