Le Gouvernement toujours au front pour normaliser la situation dans les régions anglophones

Pour la crise qui secoue les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, il y a lieu de reconnaitre que le chef de l’État et le Gouvernement n’est pas à court d’initiative pour un retour à la normale. En témoignent les rencontres qu’entreprend Paul Atanga Nji depuis sa nomination au ministère de l’Administration territoriale. Continuer la lecture

Paul Biya sanctionne un magistrat corrompu

Le 6 juillet dernier, le chef de L’État camerounais, Paul Biya, a signé un décret infligeant une sanction à un magistrat du parquet. Cet acte présidentiel est tout sauf anodin ; il sonne comme une alerte à l’endroit de ceux qui croient  se situer au-dessus de la loi. Continuer la lecture

Crise anglophone : cinq personnes libérées

Des informations concordantes, diffusées notamment dans la presse camerounaise, font état de la libération par la justice camerounaise de cinq suspects interpellés dans le cadre des violences perpétrées dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest  vendredi dernier. Continuer la lecture

Journée internationale de la liberté de la presse : pour que triomphent les bonnes pratiques

 

Ce mercredi, 1er mai, est journée internationale de la liberté de la presse. Le Cameroun se joint, comme tous les ans, aux autres pays du monde pour célébrer cette journée. Les journalistes saisissent  généralement cette occasion pour se regarder dans le miroir et surtout évaluer l’état de la presse dans leur pays à travers diverses manifestations. Continuer la lecture

Cameroun : lutte contre la fraude : déclinaison des prescriptions de Paul Biya

L’avancée sociale des pays se mesure à l’aune de l’action de ses dirigeants. À toute vapeur sur le chemin de l’émergence, le Cameroun fait plus que mentir de nombreux pronostics. En matière de lutte contre la fraude et la corruption, par exemple, nombreux sont ceux qui doutaient de la volonté réelle de mettre en place des dispositifs efficaces. Aujourd’hui, les consommateurs camerounais voient se réaliser un de leurs rêves. La surveillance de la qualité des produits importés dans le pays. Continuer la lecture

Cameroun : Les libertés ne sauraient pousser à l’incivilité

De toutes les revendications citoyennes, la plus précieuse est celle de la liberté d’expression. Les Camerounais s’en sont emparés avec avidité et l’espace public s’en est trouvé enrichi en matière d’échanges d’idées. Mais, revers de la médaille, il s’est trouvé que des individus ou des organes de communication aient été épinglés pour être allés au-delà de ce qui pouvait être permis. Continuer la lecture

Presse française : une campagne douteuse sur les Droits de l’homme au pays de Paul Biya

Une fois de plus, la presse française revient à la charge avec l’affaire de cette avocate franco-camerounaise Lydienne Yen-Eyoum condamnée à 25 ans de prison en septembre 2014 par le Tribunal criminel spécial (TCS), une juridiction spécialisée dans la répression de la grande corruption au Cameroun. Une condamnation confirmée le 9 juin dernier par la Cour suprême. Mariée à un Français, ex-directeur d’une banque française au Cameroun, Mme Eyoum qui a obtenu la nationalité française en septembre 2010 durant sa détention, a été inculpée en 2010. Elle était accusée d’avoir fait pratiquer une saisie-attribution d’une somme d’un peu plus de 2 milliards de F CFA (près de 4 millions de dollars) dans le compte de la Société Générale de Banque du Cameroun (SGBC) domicilié à la Banque des États de l’Afrique Centrale (BEAC). Une somme que la BEAC a virée dans son compte personnel selon des documents officiels. Mais pour ses avocats et une certaine presse française, elle ferait partie de nombreuses personnes, parmi lesquelles des anciens ministres et hauts responsables de l’État interpellées dans le cadre de l’opération Épervier, qui seraient victimes de règlements de comptes de nature politique. Continuer la lecture

Rencontre entre Muhammadu Buhari et Paul Biya : « construire une alliance régionale forte pour affronter Boko Haram »

Le chef de l’État camerounais Paul Biya reçoit son homologue nigérian, Muhammadu Buhari, ce mercredi 29 juillet à Yaoundé, la capitale camerounaise, pour une séance de travail qui sera sans aucun doute, essentiellement consacré sur la question de la lutte contre Boko Haram qui multiplie les attaques meurtrières au Nigéria, au Cameroun et au Tchad depuis plusieurs mois. Il s’agit pour les deux présidents, de trouver une stratégie concertée pour réduire à néant la secte islamiste nigériane qui, ces derniers jours, a conduit ses premiers attentats kamikazes en territoire camerounais. Des attentats perpétrés (cinq exactement) par des jeunes filles dans les villes de Fotokol et de Maroua, dans la région de l’Extrême-Nord, tuant une cinquantaine de personnes et causant une centaine de blessés. Continuer la lecture