Le SDF ignore l’intérêt vital et stratégique des Camerounais

Dans le document portant publication des résolutions de la réunion du NEC tenue à Bamenda les 13 et 14 janvier 2018, il ressort que les travaux de cette instance ont amplement tiré sur le don d’ordinateurs aux étudiants camerounais par le président de la République, Paul Biya. Curieusement, rien, ou presque, n’a été dit relativement à la crise dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest.

Pourtant, tout à fait à raison, les observateurs de la scène sociopolitique camerounaise ces derniers mois avaient misé gros sur cette autre réunion du NEC pour des raisons diverses. Le SDF, dont le siège est à Bamenda dans la région du Nord-ouest, devrait être préoccupé du fait que le fonctionnement de l’éducation depuis novembre 2017 est sujet à caution dans le Sud-Ouest et le Nord-ouest.

Ce parti n’ignore pas que des bandes terroristes armées y ont sérieusement perturbé ces derniers mois les activités des populations. De même, en entrant dans la salle des travaux du NEC, les plénipotentiaires du SDF devraient avoir présent à l’esprit le fait que des terroristes se réclamant d’un certain mouvement sécessionniste ont défié l’autorité de l’Etat du Cameroun et égorgé militaires, gendarmes et policiers à quelques encablures de la base leur parti.

Il est important de rappeler que lors de la session ordinaire de l’Assemblée nationale du mois de novembre 2017, les députés du Social Democratic Front avaient semé un désordre indescriptible et inédit à l’hémicycle. Par ce spectacle ridicule et indigne des élus de la nation, ils prétendaient forcer la Chambre à inscrire la crise anglophone à l’ordre du jour de la session.

Paradoxalement, les participants à la réunion du NEC présidée par le chairman John Fru Ndi ne semblent pas s’être particulièrement émus de toutes les situations difficiles, y compris la crise dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, auxquelles est confronté le Cameroun aujourd’hui. Zéro débat sur la crise qui prévaut. Pourquoi à l’Assemblée nationale et non au NEC ? Par contre, tout ce qu’ils ont trouvé à faire s’était s’acharner sur le président Paul Biya qui, de sa position encadrée en béton par la Constitution du Cameroun uni, un et indivisible, fait pourtant bien son travail.

Comment comprendre qu’en période de crise, le « Brain trust » du Social Democratic Front trouve le moyen d’affirmer qu’engager une riposte énergique face aux terroristes qui prennent les armes contre le Cameroun et ses institutions est une façon pour le chef de l’Etat, Paul Biya, « de jeter l’huile sur le feu » ?

Venant du SDF   dont l’aspiration depuis 1991 est de diriger le Cameroun, cette perception particulièrement légère des enjeux vitaux et stratégiques du Cameroun hier, aujourd’hui et demain, doit être source de sérieuses inquiétudes.

J. Daniel

Paul Biya est dans son rôle

Olivier bile, président d’un minuscule parti politique au Cameroun a récemment publié dans les réseaux sociaux un post dans lequel il s’offusque de ce que le président de la République a créé une faculté de médecine à Garoua et une école normale supérieure à Bertoua, et subventionné certains produits de grande consommation. M. Bilé met tout cela sur le compte de ce qu’il appelle « corruption politique ». Pour lui, il s’agit d’achat des consciences dans la perspective des élections à venir.

Continuer la lecture

2017 : Quelle année !

2017 aura été sur tous les plans une année exceptionnelle pour le président Paul Biya. Le chef de l’État camerounais a été sur tous les fronts, à l’interne comme à l’externe. D’abord à l’interne, le cas plus éloquent est la crise que connaissent les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. Continuer la lecture

Recrutement de 1000 jeunes diplômés bilingues : Encore une promesse tenue du Président Paul Biya

Le ministre de la Fonction publique vient de publier la liste de 1000 jeunes diplômés bilingues de l’enseignement supérieur admis dans la fonction publique camerounaise. Avec ce recrutement, c’est une autre promesse du président Paul Biya qui est ainsi tenue. Continuer la lecture

Les terroristes sont sourds aux appels au dialogue

Les sécessionnistes et autres activistes qui, depuis un an maintenant plongent le Nord-ouest et du Sud-ouest ne cessent nous surprendre. Suivez un peu ce qui se dit chez ces gens-là depuis que la Très Honorable Patricia Scotland, Secrétaire générale du Commonwealth, est arrivée au Cameroun pour une visite officielle. Et surtout après le discours qu’elle a prononcé en réponse au toast de son hôte, le président Paul Biya, lors du déjeuner d’État qui a été offert en son honneur par le couple présidentiel camerounais le 19 décembre dernier. Continuer la lecture

Crise anglophone : le nécessaire lien armée-nation

Après la déclaration du président Paul Biya jeudi dernier au sujet de l’escalade de violence dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, les sécessionnistes et leurs affidés ont beau jeu d’affirmer que le gouvernement avait déclaré la guerre aux populations. Ceci a provoqué une certaine panique dans certains milieux, notamment dans le département de la Manyu où quatre militaires et deux policiers venaient d’être lâchement assassinés par des individus se réclamant d’un mouvement sécessionniste. Continuer la lecture

Les députés  SDF, comme de mauvais garçons…

En parcourant la presse ce matin, je suis tombé sur un titre qui m’a laissé pantois : un député du SDF, comme pour s’en vanter, proclame que l’ « opération blocus du parlement, zéro plénière » n’est pas terminée. Il s’en vante, mais il devrait en avoir honte. Parce que le spectacle que ces gens donnent à voir ne les honore pas, tout comme il n’honore pas notre pays. Continuer la lecture

Il est clair que ces gens sont des terroristes

En assassinant la semaine dernière quatre soldats et deux policiers, les sécessionnistes réunis au sein du SCARCFUF ont bien montré qu’ils ne sont rien d’autres que des terroristes. Et ce d’autant plus que ces assassinats ne sont point les premiers. Quelques semaines plutôt en effet, ils s’étaient déjà rendus coupables de crimes horribles : quatre gendarmes ont en effet péri victimes de leurs actes barbares. Continuer la lecture

Face au terrorisme, la détermination de l’État

Le chef de l’État a décidé qu’un hommage soit rendu aux quatre gendarmes récemment froidement assassinés dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest par les terroristes partisans de la partition du Cameroun. Une cérémonie est organisée à cet effet ce vendredi à Bamenda. Objectif : montrer aux forces de sécurité et de défense qu’elles bénéficient du soutien de l’État. Continuer la lecture