Crise anglophone : certains compatriotes perdent-ils la raison?

Avec l’odieux assassinat, au début du mois de novembre, de trois gendarmes et d’un soldat dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, et le grave incendie qui a ravagé la semaine dernière cinq étages du palais de l’Assemblée nationale à Yaoundé, il y a eu, de la part de certains compatriotes un déferlement de haine, une incitation à la violence et même des appels au meurtre qu’il est difficile de comprendre. Continuer la lecture