France-Cameroun : Fini le temps des colonies !

Selon le site de Radio France International, l’hebdomadaire satirique français Le Canard Enchaîné a publié ce 22 avril, un article où il révèle une polémique concernant un rapport parlementaire sur la politique africaine de la France. On apprend ainsi que certains députés ont qualifié ce rapport de scandaleux, car « donne des leçons de démocratie aux chefs d’Etats africains  », notamment les «partenaires historiques » que le journaliste qualifie dans l’article de « dictateurs installés… à commencer Paul Biya, le président camerounais ». Ce dernier fait, selon lui, « face à des explosions régulières mais tient, malgré tout, et se reproduit ». Et les deux rapporteurs d’enfoncer le clou en parlant « d’un régime illégitime, qui est né de la répression et a toujours maintenu un fort appareil de renseignements, de forces spéciales, notamment la garde présidentielle ». Lire la suite

Cameroun : les médias abusent-ils de leur liberté ?

L’ambassadrice de France à Yaoundé, Christine Robichon, vient de publier un communiqué de presse dans lequel elle dément tout lien de son pays avec Boko Haram, visant à déstabiliser le Cameroun dans le but de renverser le président Paul Biya qui serait, avec plus de 32 ans de pouvoir, épuisé. Non, ce n’est pas une farce! Depuis quelques semaines, certains médias camerounais (presse écrite, radios et télévisions confondues) n’ont cessé de porter des accusations saugrenues contre la France selon lesquelles, cette dernière soutiendrait et financerait la secte islamiste Boko Haram qui sévit dans le nord du Cameroun. Lire la suite

Liberté de presse et de parole au Cameroun : des progrès réels depuis l’arrivée de Paul Biya

En ce 3 mai 2013, le Cameroun se joint à la communauté internationale pour célébrer la 20e édition de la Journée mondiale de la liberté de la presse placée cette année sous le thème de « Parler sans crainte : assurer la liberté d’expression dans tous les médias ». C’est l’occasion pour nous de revenir sur la liberté de ton dont bénéficient les médias camerounais avec tous ces journalistes qui critiquent et invectivent sans aucune retenue le pouvoir en place, en particulier le chef de l’État, sans craindre d’être réprimandés.
Lire la suite