Crise anglophone : le nécessaire lien armée-nation

Après la déclaration du président Paul Biya jeudi dernier au sujet de l’escalade de violence dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, les sécessionnistes et leurs affidés ont beau jeu d’affirmer que le gouvernement avait déclaré la guerre aux populations. Ceci a provoqué une certaine panique dans certains milieux, notamment dans le département de la Manyu où quatre militaires et deux policiers venaient d’être lâchement assassinés par des individus se réclamant d’un mouvement sécessionniste. Continuer la lecture