Les initiatives de soutien se multiplient pour les Petites et moyennes entreprises

Selon l’Institut National de la Statistique (INS), les acteurs public-privé proposent des solutions pour l’inclusion durable de ces structures dans le tissu économique et leur contribution optimale au produit intérieur brut national.

Le rapport préliminaire des résultats du deuxième recensement général des entreprises (RGE-2) produit par l’Institut National de la Statistique révèle que seulement 6,3%   des chefs d’entreprises ont recours aux banques pour financer leurs activités. La majorité puise dans des   fonds propres ou des tontines, un système d’aide communautaire. Par ailleurs, le régime fiscal est pour 58,8% de la population étudiée, une entrave à l’essor de l’entrepreneuriat au Cameroun. Un état des lieux qui fait du financement des entreprises un axe d’effort prioritaire dans la politique globale, qui vise à rendre les petites et moyennes entreprises plus performantes. Selon la Banque des Petites et moyennes entreprises, ces structures économiques constituent plus de 90% du tissu économique national et contribuent à hauteur de 35% au Produit Intérieur Brut.

Priorité à l’accès au financement

Avec l’Agence de Promotion des Petites et Moyennes Entreprises initié depuis 2013, la politique nationale de promotion des PME s’articule désormais autour de l’incitation à l’investissement, la fourniture des services d’assistance et de facilitation, la création d’un écosystème d’entrepreneurs par la mise en réseau des acteurs du secteur entre autres. L’objectif final étant de rendre ces PME performantes, innovantes, compétitives et responsables. Aussi, depuis 2015, la Banque des PME s’attèle à faciliter l’accès au financement.  Elle offre de ce fait plusieurs modèles de financement à des taux d’intérêts avantageux qui s’adaptent aux spécificités des entrepreneurs. En début d’année, la BCPME, avait par exemple déclaré disposer d’une ligne de crédit de 76milliards de Fcfa pour les entreprises éligibles à l’emprunt. En outre, l’accompagnement qu’elle propose aux PME grâce à son système de veille informationnelle permet à ces dernières de bénéficier de d’exonérations fiscales pour un meilleur retour sur investissement.

Aussi, le Groupement Inter patronal du Cameroun (GICAM) a mis sur pied une structure de formation. Le Centre de Développement de la Petite et Moyenne Entreprise (CDPME) inauguré dans la ville de douala au Cameroun, le 18 avril 2018 a pour mission, d’accompagner et de soutenir l’entrepreneuriat pour les acteurs locaux et ceux de la diaspora. Un véritable centre de référence pour l’éclosion d’une génération d’entrepreneurs maitrisant les rouages de l’intelligence économique. Pour des observateurs, ces initiatives qui visent à faciliter l’accès au financement doivent s’accompagner d’autres mesures contre la corruption, les lenteurs administratives, l’insuffisance des infrastructures autant d’écueils à l’essor des PME. De leur côté ces Petites et moyennes entreprises doivent gagner le pari de s’insérer dans l’économie mondiale qui est surtout caractérisée par la digitalisation des offres et services.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *