Lutte contre Boko Haram. Diplomatie gagnante de Paul Biya

Les deux nouveaux aéronefs offerts à l’armée camerounaise par les États-Unis d’Amérique est une nouvelle preuve que l’appel du président de la République à une riposte globale face à la secte terroriste vient d’être enregistré.

Le 11 mai dernier, les Etats-Unis d’Amérique ont offert deux nouveaux aéronefs à l’armée camerounaise. Ces aéronefs sont des avions légers de reconnaissance, de surveillance et de collecte de renseignements de type CESSNA 208 ISR. Dotés de caméras infrarouges d’une portée de 20 kilomètres, ils peuvent prendre trois passagers dans la version ISR, et vont servir à la collecte des données recueillies pour leur exploitation. D’une puissance de 697 chevaux, ces aéronefs peuvent atteindre une vitesse de croisière de 343 km/heure, pour cinq heures d’autonomie de vol. D’un coût de 24 milliards de francs CFA, le programme d’octroi des deux aéronefs par les Etats-Unis comprend la fourniture en matériels, la maintenance des équipements et la formation des personnels miliaires pendant deux ans par la partie américaine. Au terme de cette période, l’armée camerounaise reprendra intégralement en main le fonctionnement desdits appareils.

L’objectif est de renforcer les moyens des forces armées camerounaises en collecte de renseignement, notamment dans le cadre de la lutte contre Boko Haram et l’organisation de l’Etat islamique dans le bassin du lac Tchad et au Sahel. Un don qui vient s’ajouter à plusieurs autres, destinés à la montée en puissance de nombreuses unités de combat. «L’extrémisme violent constitue une menace pour nous tous, pour notre stabilité et pour notre sécurité. Nous devons rester vigilants afin de ne pas laisser l’idéologie radicale des terroristes manipuler nos idéaux communs», a déclaré Peter Henry Barlerin, l’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun.

Une nouvelle preuve que l’appel du président Paul Biya à une riposte globale face à la secte terroriste a été entendu. Le 8 janvier 2015, dans son discours en réponse aux vœux du Corps diplomatique accrédité au Cameroun, le chef de l’Etat avait appelé à une mobilisation au niveau international face aux actes barbares perpétrés par le groupe terroriste Boko Haram contre le Nigeria et le Cameroun. «A menace globale, riposte globale ». Telle devrait être la réponse de la communauté internationale et notamment de l’Union africaine et de nos organisations régionales», avait-il dit. Au niveau régional, après la mise sur pied de La Force multinationale mixte (FMM) chargée de la lutte contre Boko Haram, des pistes de coopération entre la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) et la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (CEDEAO). Un sommet entre les organisations régionales devrait se tenir en juillet prochain pour explorer les voies et moyens de mutualiser davantage leurs efforts notamment dans la lutte contre Boko Haram. Une autre preuve de la diplomatie gagnante de Paul Biya.

Bell Josué

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *