Grandes Réalisations. L’offre en hôpitaux de référence multipliée

Avec la livraison des hôpitaux en travaux dans le cadre du Plan d’urgence triennal, le nombre d’hôpitaux de dernière catégorie devrait quadrupler. 

Pierre Ngom

Parmi les points forts du système de santé camerounais relevés par la Stratégie sectorielle de santé 2016-2027, il y a l’offre en infrastructure. On le doit notamment aux derniers investissements réalisés ou en cours de réalisation dans le secteur au cours de ce septennat du président de la  République, Paul Biya, qualifié à juste titre de septennat de grandes réalisations. A titre d’exemple, quatre (04) nouveaux hôpitaux de référence ont été mis en service au cours de ce mandat finissant portant de quatre à huit le nombre d’hôpitaux de référence dans le pays. Ce sont l’Hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Douala, l’Hôpital de référence de Sangmélima, le Centre des urgences de Yaoundé, le Centre de chirurgie endoscopique et de reproduction humaine de Yaoundé (Chracerh). Ces nouveaux hôpitaux sont équipés des appareils de pointe de dernière génération.

Avec la livraison, dès cette année, des hôpitaux en travaux dans le cadre du Plan d’urgence triennal (Planut), cette offre  devrait s’enrichir de six nouveaux hôpitaux de référence. Il s’agit du Centre hospitalier universitaire Maroua dans la région de l’Extrême-Nord. A Garoua, la capitale régionale du Nord, deux grands centres hospitaliers sont aussi en construction. Il s’agit de l’hôpital de référence de Garoua et de l’hôpital gynéco-obstétrique de Bocklé (dont les travaux sont en cours de finition), deux structures qui viendront s’ajouter à l’hôpital régional de Garoua dont l’amélioration du plateau technique est également annoncée. Toujours dans le cadre du volet santé du Planut, qui a également permis de renforcer les plateaux techniques de certains hôpitaux des villes de Yaoundé et de Douala, un hôpital de référence est en train de sortir de terre dans la ville de Bertoua, la capitale régionale de l’Est-Cameroun. Il en est de même des villes de Bafoussam et d’Ebolowa, les capitales régionales respectives de l’Ouest et du Sud, où des Centres hospitaliers gynéco-obstétriques et pédiatriques sont en construction.

De manière générale, le Cameroun compte à ce jour et selon les chiffres du ministère de la Santé, 201 districts de santé dont 2 388 formations hospitalières publiques : 08 hôpitaux de référence, 08 hôpitaux centraux, 14 hôpitaux régionaux, 13 hôpitaux de district, 234 centres médicaux d’arrondissement et 1981 centres de santé intégrés. On peut dire à avec Le temps des réalisations, le bulletin bilingue d’informations du Cabinet civil de la présidence de la République du Cameroun, édition de mai 2018, que «l’offre de soins et services médicaux a connu une significative amélioration au plan des infrastructures et des équipements des formations sanitaires».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *